Partagez | 
 

 Histoire de longue date.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loyd Smith
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 28/10/2013
Age : 21
Localisation : Au bord du gouffre.

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: Histoire de longue date.   Mar 31 Déc - 18:54

Je marchais depuis je ne sais plus combien de temps, sur se grand chemin de terre cerné par de grands champs de tournesol. Ses pétales reflète sa couleurs dorée au rayon du soleil. Je trouve sa très beau et agréable a regarder. Les oiseaux sont nombreux par ici, sans doute attiré par ses graines. Je souris et fait une courte pose allant me poser dans l'herbe fraîchement coupé une peu plus loin. Mes cheveux d'ébène me vole un peu dans les yeux du a la douce brise qui s'y glisse. Je peux enfin souffler un peu, me libérer de tout poids et ne plus penser a rien si sa n'es a moi. Pour une fois je me préoccupe un peu de ma personne qui d'habitude, passe après tout le reste. Dommage je n'es pas ma guitare avec moi, sinon j'en aurais bien joué un peu avant de fermer les yeux et de plonger dans un paisible sommeil. En attendant je contemple les environs, je regarde les marguerites se faisant souffler, je respire a grande bouffer l'air pur qui se trouve ici. J'adore, tout simplement. Je m'allonge les mains derrière la tête, les doigts entrecroisé. La vue du ciel est sublime. Étant petit, avec John, mon meilleur amis. On adorés regarder les nuages et on se disait ce que l'on voyait. L'imagination des gens peut être vraiment débordante surtout pour un enfant et de rejouer a se jeu libère mon esprit légèrement enfantin. Je vois.. Je vois des lièvres, un cheval, une étoile et tellement d'autres chose. Mes paupières se ferment et mon âme se perd dans mes souvenirs. Je repense a ma mère, c'est une femme magnifique. Blonde au yeux bleu ayant une peau blanche d'une douceur de satins. Je repense aussi a mon père, brun au yeux noisettes, rien de bien extraordinaire. Malheureusement je tiens de lui, la faute a pas de chance. Ensuite nous avons Crystal.. Une fille magnifique extérieurement mais immonde intérieurement. Elle cache bien son jeux, elle est forte jusqu'au jour où tout se retournera contre elle et se jour la, je serais la a la regarder sombrer sans rien faire. Passons.. Il y a tellement de personne qui compte enfin pas tant que sa.. J'ai pas vraiment beaucoup d'amis, beaucoup d'acteur et trop peu de sincérité. C'est la vie, c'est comme sa. Des bruits de pas me sors de mes pensées et me fait rouvrir les yeux. Qui cela peut-il bien être ? Je me rassois fixant la silhouette qui se dessine au fil du temps qui passe, une fille et se visage ne m'es pas inconnue. Seulement, je ne m'en rappelle pas mais je sais que je la connais, c'est une quasi certitude. Réfléchis Loyd, réfléchis..
Revenir en haut Aller en bas
Skyler A. Stones
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 26/07/2013

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: Re: Histoire de longue date.   Sam 22 Fév - 19:22



~ Loyd & Skyler ~
Histoire de longue date.
Le soleil était déjà haut dans le ciel quand j'avais enfin daigné soulever les paupières. Le soleil... Voilà des jours qu'on ne l'avait qu'entraperçu. C'était forcément un signe. Un large sourire flottant sur les lèvres, je gagnai au pas de course la salle de bain commune des filles. Cette nuit, je n'avais pas rêvé - ni cauchemardé - mon cerveau avait sûrement été trop fatigué pour m'envoyer de quelconques songes. Et c'était peut-être mieux ainsi. Hier soir, je n'avais rien fait de spécial, si ce n'est que me retourner encore et encore dans mon lit, tantôt mourante de chaud, tantôt frigorifiée, je me souvenais avoir eu la désagréable impression que mon lit n'était autre qu'une pierre dure et extrêmement inconfortable. Mais j'avais finalement pu trouver le sommeil. Et j'étais d'une humeur formidable ! C'était une belle journée ensoleillée qui commençait et je comptais bien en profiter un maximum. Je n'avais pas cours de la journée, puisque nous étions en week-end et il était totalement exclu que je reste enfermée dans ce château. Je ne savais pas quoi faire mais j'y réfléchissais rudement tout en me vêtant d'habits chauds, pour sortir. Peut-être devrais-je aller rendre visite à Chelsea ? Nous irions boire un thé ensemble et nous mangerions dans un petit bar de la ville. Non. En général, les week-ends, elle était tout le temps occupée. Entre ses devoirs - je m'étais arrêtée de compter le nombre d'options qu'elle avait pris cette année -, ses innombrables lectures qui me donnaient mal à la tête rien qu'à les regarder et tout le reste, impossible de passer une journée entière avec elle. Après, il y avait Crystal. Nous pourrions peut-être aller foutre la frousse à deux ou trois - groupes - de premières années de la Terre ou aller manger un morceau quelque part. Nous parlerions de tout et de rien et nous nous moquerions de la gueule des gens qui passeraient devant nous. Hum... Non plus. Je n'étais pas sûre que le travail soit le principal problème de la Rouge en week-end mais j'étais quasiment certaine qu'une fille comme elle avait déjà des projets. Ou bien peut-être me faisais-je des idées. J'essayais de trouver des occupations à toutes les personnes susceptibles de me tenir compagnie alors qu'en fait, je n'en savais strictement rien. Et si le problème venait de moi ? Si je n'avais tout bonnement pas la moindre envie de traîner avec quelqu'un ? Si j'étais plutôt branchée en mode solitaire ce matin ? Qu'importe. Je me trouverais sûrement quelque chose à faire. Toujours est-il que je ne pouvais pas rester ici. Cela m'était impossible. J'avais besoin de sortir, de prendre l'air. Comme toujours, en fait.

Le soleil avait beau briller fort dans le ciel, la chaleur ne se faisait pas ressentir des masses. Un bonnet en laine était enfoncé sur ma dense chevelure brune, à chaque pas je ne faisais que rentrer davantage la tête dans mon épaisse écharpe et je tentais désespérément de réchauffer, à l'aide de mes mains gantées, mes joues rougies par le froid. C'était peine perdue. Mes yeux brillaient cependant d'une lueur toute excitée, comme une petite fille qui sort pour la première fois dehors, un jour de neige. Oui, voilà. J'étais dans le même état. Sauf qu'il ne neigeait pas. C'est juste que j'avais toujours préféré les jours froids d'automne et d'hiver aux journées brûlantes et beaucoup trop longues - m'est avis - d'été et de printemps. Il devait sûrement y avoir un lien entre tout ça et la forme de ma métamorphose - qui était un loup blanc. De paresseux nuages cotonneux parcouraient çà et là le ciel azur, emplissant l'infinité bleutée de joie et de bonne humeur. Je marchais sur un étroit sentier de terre bordé de champs de tournesols, les plus belles fleurs au monde, d'après moi. Aujourd'hui, elles étaient toutes levées vers le soleil, offrant une vue majestueuse à qui se trouvait en ces lieux pour les admirer. Pas assez de monde, malheureusement, ne passaient par ici. Et encore moins en décembre. À l'heure qu'il est, ils devaient tous êtes agglutinés devant leur cheminée, ces idiots de l'Institut. Une brise fraîche - ou plutôt glaciale - soufflait, si bien que je claquais des dents et que j'étais sans arrêt en train de resserrer les pans de mon manteau autour de mon corps. Mais alors que j'allais me métamorphoser en loup pour tenter de mieux supporter le froid, un mouvement au travers des champs dorés attira mon regard. Je m'approchai davantage, curieuse de voir qui se cachait entre les grosses fleurs jaunes. Quelqu'un était allongé par terre, les yeux clos, les mains derrières la tête. Un homme, me semblait-il. Ou plutôt... un jeune homme. Et le pire, c'est qu'en m'approchant suffisamment, je réussissais à le dévisager. Et je reconnaissais parfaitement les traits de son visage impassible. Il avait ouvert les yeux à mon approche. Sauf qu'il était trop tard pour espérer faire demi-tour, je me tenais désormais à quelques pas seulement de lui, prisonnière de ma propre curiosité, à le toiser de mon regard émeraude, la gorge sèche, les yeux humides. Mais pas d'émoi. Oh non. De larmes. Car s'il existait un être au monde capable de me faire encore souffrir, capable de me faire pleurer. C'était bien lui. « Loyd. » Ma voix tremblait. À la fois de rage et de tristesse. J'avais murmuré ce seul mot, le regard toujours rivé sur l'adolescent au sol, et pourtant il me martelait l'esprit comme si on me l'avait hurlé dans les oreilles. À cet instant précis j'avais envie de fondre en larmes, de m'allonger par terre moi aussi, de baisser toutes mes défenses. Mais je ne le fis pas. Plus par fierté qu'autre chose, en fait. Mais c'était déjà ça.

Code by Cookies., don't give it without permission.

Pardon du retard Gnoe

_________________


And I wanna cry, I wanna learn to love.

@LADY
Revenir en haut Aller en bas
 

Histoire de longue date.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une amie de longue date ^
» Collection d'art et d'histoire
» Bleach 298
» Very Bad Trip 2 - The Hangover Part II
» 1969 : premier pas de l'homme sur la Lune ... ou pas ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: {LIEUX DIVERS} :: Le Champ de Tournesol-