Partagez | 
 

 Heureusement que tu es là.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Crystal K. Blake
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 10/08/2013
Age : 21
Localisation : Divergent Institute

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: Heureusement que tu es là.    Sam 14 Sep - 17:31


Heureusement que tu es là.
With James E. Adams


- Mauvaise journée ?, avait osé me demander, un lycéen qui semblait avoir mon âge, que j'avais croisé dans un couloir. Je l'avais fusillé du regard. Il avait de suite baissé les yeux et même baissé la tête, je l'avais regardé ainsi jusqu'à ce qu'il disparaisse en tournant à droite au bout du couloir.

Non, mais sa ce voit tout de même pas que sa ne va pas aujourd'hui ? C'est quand même pas écrit sur mon front, si ? Oui, bah il avait raison le gars que j'avais croisé quelques heures plus tôt. Mauvaise journée. Déjà hier, l'autre morue est venue à la porte de ma chambre pour m'engueuler, pour me menacer que si j'allais pas en cours demain, on me jetais dehors et que je me ferais tuer par la première armée d'anti-métamorphe du coin. Des menaces, qui, de toutes manières ne seront pas mise à exécution. Je ne pense pas que le directeur voudrait me virer de l'institue, tout simplement parce que je sèche les cours que j'aime pas. Si ? Non, sincèrement je crois pas. Mais venant de la vieille chouette, qui nous sert de pionne, autant se méfier et se tenir à carreaux. Et puis en parlant de chouette ! Il y en a une cette nuit qui n'a pas arrêté d’ululer à ma fenêtre. J'ai pas réussi à fermer l’œil, tellement elle était bruyante, sans compter sur le vacarme de la chambre d'au dessus, je sais pas ce qu'ils fabriquent la nuit, là haut, mais putain, on aurait dit qu'ils déplaçaient les meubles, non mais sans blagues, il y en a qui dorme la nuit !

Alors, en plus d'être déjà de mauvais poils et très énervée de cette mauvaise nuit, je dois me coltiner les cours inintéressants. Même pas un cours utile pour les transformations ? Bah non, aujourd'hui c'est les cours généraux. Tous ce qui est pénible quoi. D'ailleurs, j'ai mathématiques dans.. Une minute. Au secours, je suis allergique aux maths ! Sans parler du prof qu'on a. Déjà qu'il m'apprécie pas. En fait, il apprécie pas ceux qui ne rendent pas leur devoir et qui ne copient pas les cours. Mais qu'est-ce que j'en ai à foutre de ce qu'il aime ou pas, j'ai pas besoin de ses cours moi.

J'arrive devant la salle de cours, du monsieur maths. Je suis bien entendu la dernière à faire mon entrée dans sa salle, mais le cours n'a pas encore commencer. Mon sac coincé sur mon épaule, je fais un geste de salut militaire en guise de bonjour au professeur, qui me regarde par dessus ses petites lunettes rectangulaires. Oh mon dieu, ce qu'il est laid! Non mais sérieux, on est pas gâté niveau prof dans ce bahut. Enfin.. On ne l'était pas. Maintenant, il y a monsieur Lucian. Le professeur trop canon, pour qui toutes les filles craquent. Elles sont toutes là devant sa salle, avec leurs aires de pouffiasses. "Oh monsieur Luciiiiian" J'ai toujours envie de leur dire : "Allez donc voir ailleurs avec vos Q.I de poule naine!". Jalouse ? Moi ? Noooon !

Je prenais ma place habituelle, la table tout au fond, à droite, celle à côté de la fenêtre. Je m'installe confortablement sur la chaise, j’appuie mon menton dans le creux de ma main et je me met à contempler dehors. Le cours commence et je suis bercée par le blabla mathématique du professeur chauve aux lunettes trop petites. J'ai dormis quasiment toute la journée, mais ce cours m'endors, le prof parle sur le même ton tout le temps, on dirait une boite qui chante des berceuses pour les gosses. Pourtant je ne m'endors pas, je suis ailleurs, je rêvasse, guettant les personnes qui sortent du bâtiment pour se promener sur le campus ou sortit à l'extérieur.

- Mademoiselle Blake, vous arrêtez de rêvasser et vous faites l'exercice demandé, s'il vous plait !

Je me redresse paresseusement, jetant un coup d’œil vers le professeur qui me regarde. Oui, bah tu permet coco, faut que je sorte mes affaires. J'attrape un stylo, pioché dans mon sac et un calepin. Je fais mine de travailler, jusqu'à ce que cet emmerdeur de professeur de maths se tourne face au tableau. Alors, je reprends ma contemplation par la fenêtre. Rien ne me retire à ma rêverie. Je semble, enfin, même oublier la colère que je cumule en moi depuis hier. Enfin, jusqu’à ce que le poing de monsieur maths vienne s'écraser sur ma table.

- Vous allez faire ce que je vous demande ! Si vous ne faites pas les dix exercices que je viens de donner, je vous met en retenue samedi, deux heures, pour que vous me faites ces exercices et que vous rattrapiez les cours précédents! Suis-je claire Blake ?!

Je braque mon regard vers lui. Il n'en fallait pas plus pour me faire sortir de mes gonds. Je me redresse dans un mouvement rapide de ma chaise, la renversant au passage. Je garde mes yeux rivés dans ceux du professeur. Je parle sur un ton froid, voir glacial. On ne peut pas paraitre plus furibonde et froide que moi à cet instant là.

- Très clair même ! Mais vous croyez que c'est en me collant que je vais me mettre à bosser dans votre cours ?! Vous vous fourrez le doigt dans l’œil ! Vous savez quoi ?! Mettez moi quatre heures de retenue si sa vous fait plaisir, j'me barre !

J'enfile mon calepin et mon stylo dans mon sac, que je prend sur mon épaule, je me dirige d'un pas rapide vers la sortie de la salle, faisant claquer les talons de mes escarpins. Je prends, grand soin, de claquer la porte derrière moi. Il est pas près de me revoir celui là ! Non mais ça va pas, il est sérieux quand il me parle comme ça ? Non mais j'hallucine !

Je marche d'un pas décidé dans les couloirs, je m'arrête devant mon casier, que j'ouvre en grand pour y fourrer mon sac et mes escarpins que je viens d’ôter pour y prendre mes bottines noires et les enfiler. Je referme la porte du casier dans un grand bruit et je me dirige avec toujours autant de rapidité et de grâce vers l'escalier qui mène directement dehors.

***

J'avais laissé mes pas me guider. J'étais bien trop concentrée sur ma colère pour me concentrer sur mes pas. Je découvrais alors, que je me trouvais dans la forêt, un de mes endroits favoris. Je ne pouvais pas mieux tomber. Inhalant à fond l'air de la forêt, tel un animal. Je profitais de l'odeur d'humidité, de pins et de fleurs de cet endroit que je chérissais tant. J'aurais crus que l'endroit m'apaiserait, mais ce n'était pas du tout le cas. Je sentais la colère grandir de plus en plus en moi. J'allais exploser. Il fallait que je me calme. Je n'y parviendrais pas, c'est certain.

Je prend le petit miroir qui se trouve dans la poche de mon slim noir. Je le lève devant moi, pour y regarder mes yeux. Ils sont ocres et les reflets rouges sont encore plus vifs que d'ordinaire, mes pupilles ne sont même plus rondes. Elles ont été remplacé par deux fentes. Mes yeux de féline. J'enfouis mon miroir dans ma poche, je tente de penser à autre chose, de retrouver une respiration normale. Rien à faire. Je ne peux plus résister.

Des tremblements agitent ma colonne vertébrale. Je perçois, des bruits de pas derrière moi. Tant pis pour la personne qui approche, je suis tellement en colère que je serais capable de la tuer. Je me sens devenir autre. Ma forme humaine disparait peu à peu, laissant place à la léoparde pleine de grâce que je suis. Mes pattes de velours touchent le sol, je peux sentir la fraicheur du sol sur mes coussinets. Je frémis, d'un mouvement rapide je me tourne vers la personne qui approche.

De cet œil là, avec la colère qui m'aveugle, je ne peux le reconnaitre. Un feulement sort alors de ma gorge. Je montre les crocs et me positionne en position de défense, je suis prête à me défendre, à défendre mon territoire. Oui, parce que je considère mon territoire, l'endroit où je me trouve. La haine est encore plus grande que lorsque j'étais sous forme humaine. je serais capable de tuer.

A ce moment là, je ne parviens plus à contrôler mon animal. Et je laisse l'instinct bestiale prendre le dessus sur l'humanité et la raison. J'approche d'un pas lent vers ma proie, je me met à faire des cercles autour, je feule une nouvelle fois.

_________________


Dernière édition par Crystal K. Blake le Sam 22 Fév - 15:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lamaisondelanuit.forumactif.org/
James E. Adams
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/08/2013

MessageSujet: Re: Heureusement que tu es là.    Mar 26 Nov - 3:44


Do not let your anger lead to hatred, as you will hurt yourself more than you would the other.
fiche par ©century sex  

James marchait dans les couloirs de l’institut, mains dans les poches, son sac de cours sur une épaule. Il regardait devant lui, ne se fiant pas aux visages qu’il rencontrait dans son passage. C’était le genre de journée qui le fatiguait, des cours qui se succédaient sans lui donner une chance de faire une pause. Bon, ce n’était pas comme s’il travaillait énormément, James avait la fâcheuse tendance à ne jamais faire ses devoirs, ni à faire ses exercices en classe. Il était paresseux, et il ne le cachait pas. À la place, il papotait, il rigolait avec d’autres camarades aussi désespérant que lui, il agaçait le professeur qui au final le renvoyait du cours. Le jeune étudiant s’en était pris des heures de colle, des mots dans son carnet, des visites chez le CPE, les surveillants le connaissaient pour son attitude soit trop violente ou soit trop chaotique. Enfin bon, c’est ce qui faisait sa réputation, il était connu pour sa folle personnalité fêtarde, mais la seule chose qu’il ne fallait pas faire, c’était bien de l’énerver. La colère –ou d’autres émotions trop fortes, pouvait activer sa transformation et le rendre en canin violent, ayant soif d’arracher la tête de quelqu’un. Et cela le terrifiait. Par chance, il n’avait jamais tué quelqu’un, mais cela ne voulait pas dire qu’il n’en était pas moins dangereux. Bref, James se dirigeait vers la sortie de l’académie. Il avait bien l’intention de rater l’histoire, sinon il ne survivrait pas. Il partait comme ça, faisant attention de ne pas se faire voir par un surveillant, sinon, il aurait encore droit à un dicton. Oui, l’éducation était importante. Il fallait étudier pour pouvoir travailler plus tard, afin d’être indépendant et heureux. Mais, cela ne le motivait pas vraiment. James préférait plutôt vivre sa vie, aller à des fêtes, faire toutes les bêtises possibles et passer l’année avec une moyenne suffisante. C’était toujours au dernier moment qu’il rattrapait ses mauvaises notes avec les examens finaux. Bref, James était tout content de s’évader. Fier de ne pas s’être fait prit au piège. Il ne savait pas vraiment où aller, ni quoi faire. Une seule chose était sûre ; tout serait mieux que d’être en histoire. Il se rappelait qu’il devait faire des exercices en maths et une dissertation en anglais. Tout cela pour demain, et encore, s’il n’oubliait rien d’autres. Bref, il n’allait pas pensé à ce qu’il avait à faire, niveau académie. Il avait séché pour s’évader de tout cela. Donc, James n’avait pas envie d’aller en ville. Il y aurait trop de monde, et là, maintenant, il cherchait le calme et la solitude. Cela le changeait un peu. Ses pas l’avaient guidé à la forêt. Il n’allait quasiment jamais dans ce lieu où les forêts semblaient atteindre le ciel. C’était beau, la flore semblait intacte, pas beaucoup de personne s’y promenait. Peut-être que par chance, il rencontrerait un animal, pourquoi pas une biche ? Ou un lapin sauvage ? Ce serait peu probable. James marchait sur le sentier, mais après un moment, il voulait plutôt explorer, alors il prit un chemin différent. Ce serait bien bête s’il se perdait. Il n’avait pas vraiment conscience de cette stupidité, mais ses sens animales pourraient toujours le faire revenir sur ses pas. Bref, il se promenait tranquillement, regardant dans le ciel, ou le peu qu’il pouvait voir, il souriait. Il devrait faire plus de ballade par là.

Après quelques instants, James se rendait compte qu’une femme se tenait devant lui, à quelques mètres. Il ne la voyait que de dos, mais cette silhouette ressemblait énormément à celle de Crystal, sa meilleure amie. Elle aussi avait décidé de sécher les cours ? C’est génial, ils allaient pouvoir papoter et bien s’amuser ! Mais, de dos, James pouvait voir que le corps de la jeune femme tremblait fortement. Quelque chose n’allait pas.

-Crystal, c’est toi ? Tu vas bien ?

Il était presque sûr que c’est elle. Elle avait les mêmes cheveux longs bruns ébène qui ressemblaient plus à du noir. Elle était fine et ses vêtements étaient sombres. Bien le type de Crystal. Quelques années plus tôt, James avait rencontré Crystal et ils s’étaient tout de suite entendus. Elle savait bien qu’il avait des problèmes à contrôler son pouvoir, et lorsque venait le temps où il était au point de se transformer, elle avait le don de le calmer. Elle lui empêchait de péter les plombs.
Au lieu de lui répondre, la silhouette de la prétendue Crystal se métamorphosait. Elle rapetissait, sa peau se recouvrait d’un pelage et très vite, elle se retrouvait être un léopard. Maintenant, c’était sûr, il en avait la conviction que c’était bel et bien Crystal. Sauf qu’apparemment, elle ne l’avait pas reconnu car elle se hâtait de dessiner des cercles autour de lui, comme s’il s’agissait d’une proie. Non, James n’était pas un morceau de viande, mais bien un humain ! Son ami d’ailleurs.

-Wow, Crystal… C’est moi, James ! J’espère que c’est une blague et que tu n’es pas sérieuse quand tu me prends pour ton casse-croute hein ?

Il ne restait pas sarcastique pour longtemps lorsque le léopard devant lui le feulait dessus, ne répondant pas à sa plaisanterie. Avait-elle perdu la tête ? Elle semblait très en colère … C’était bien un de leurs problèmes à ces deux étudiants, ils avaient tous deux des difficultés à contrôler leur contrôle, qu’au final, la colère finissait par prendre contrôle. James perdit vite son sourire.

-Crystal, calmes-toi. Prends-toi en main, contrôles cette colère.

Dit-il calmement, montrant son support. D’habitude, c’était toujours Crystal qui était l’experte en se contrôlant. Mais visiblement, aujourd’hui n’avait pas été une bonne journée pour la demoiselle. James vit que cela ne changeait en rien à son attitude, pour le moment, il fallait qu’il se sortes de là, sinon la léoparde allait en faire qu’une bouchée. Alors, il prit ses jambes à son cou, et s’enfuyait. S’enfuir pour survivre ! Il savait que si Crystal la chassait, elle allait vite la rattraper… Sauf s’il se transformait… non, il devait tout faire pour ne pas se transformer. Cela allait être dur…
 
James Adams & Crystal Blake




PS: Je suis vraiment désolée du retard .o.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal K. Blake
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 10/08/2013
Age : 21
Localisation : Divergent Institute

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: Re: Heureusement que tu es là.    Mer 18 Déc - 17:47



Heureusement que tu es là.
With James E. Adams


- Crystal, c’est toi ? Tu vas bien ?

Avais-je entendu, sans même comprendre ni reconnaitre la voix, avant de me mettre à tourner autour de la silhouette humaine qui se trouvait là. Autant dire qu’il se trouvait, (oui car c’est un homme, je n’ai pas la berlue tout de même, je suis juste aveuglée par la colère et ne serait dire si je le connais où pas. Oh et puis merde, on s’en fou de qui s’est ! ) Au mauvais endroit, au mauvais moment. Pauvre gosse.

Mes pensées de félin prenaient le dessus sur mes pensées et mes sensations d’humaines, je n’arrivais pas à les distinguer, je me laissais submerger par la léoparde, qui prenait de plus en plus d’ampleur dans ma tête.
- Wow, Crystal… C’est moi, James ! J’espère que c’est une blague et que tu n’es pas sérieuse quand tu me prends pour ton casse-croute hein ?

Encore des paroles, devenues, incompréhensible sous ma forme animale. D’ordinaire, j’aurais réussis à comprendre, laissant l’humaine guider mon cerveau, mais là.. Il faut croire que la colère a eu raison de moi et qu’elle m’a totalement retiré mon self control. Comme pour répondre, je feule en direction de l’humain. Je suis consciente que c’est un humain, mais je n’arrive pas à me défaire de ma défense, prête à bondir, crocs et griffes dehors pour en faire mon repas. Je passe ma langue sur mes babines. J’essaye de lutter contre l’instinct de chasseuse que je possède, j’essaye de laisser l’humaine refaire surface. Impossible. Je n’y parviens pas.

- Crystal, calmes-toi. Prends-toi en main, contrôles cette colère.

Des paroles. Encore. Qui résonnent à mes oreilles comme des bourdonnements. Je ne comprends pas. Je rompais le cercle que je dessinais autour de ma dite proie, pour faire de lents pas en sa direction. Tout en montrant les crocs et en étouffant des feulements au fond de ma gorge. Un frisson me parcouru l’échine, dès lors que la silhouette se mit à courir, en sens contraire de là où je me trouvais. Je retroussais les babines, dévoilant mes crocs, feulant agressivement, montrant mon mécontentement. La souris voulait jouer au chat ? Très bien, on va jouer.

Pourtant, une part d’humanité, me poussais à y réfléchir à deux fois avant d’y aller. Je fis quelque pas en arrière, me tordant le cou. Je secouais la tête, et me mis à battre le rythme avec ma queue tachetée. En silence, se passait un réel combat. L’humaine contre la léoparde.  Je voulais résister, mais au bout de quelques secondes seulement, je sentais mon esprit d’humaine me quitter, pour cette fois laisser place,  entièrement à la féline. Feulant de nouveau, je m’élançais à la poursuite de l’humain, qui avait pris de l’avance dans sa course, pourtant je le rattraperais. On ne sème pas un léopard. Du moins pas quand ce léopard est moi, en l’occurrence.

Mes pattes martelaient le sol, soulevant la poussière qui tamisée la forêt, faisant virevolter quelques feuilles mortes sur mon passage. Je courrais, sans même me fatiguer. La gueule entrouverte pour mieux humer et sentir l’odeur que je traquais. A droite, à gauche. Je bifurquais sans me soucier des obstacles sur mon chemin. Il était là. Je me mis à courir plus légèrement, ne voulant pas le prévenir de mon arrivée. Je ne ralentissais pas pour autant.  J’inspirais un grand coup pour mieux le sentir. Ma langue caressa mes babines. Il était enfin de nouveau dans mon champ de vision. J’accélérais ma course, n’étant qu’à quelques mètres de lui. Je fléchissais les pattes arrière pour me propulser dans les airs, dans un bon gracieux. Griffes et crocs dehors dans sa direction. Puis soudain, la panique s’empara de moi. Je le connaissais ! Cette odeur ! Oh MERDE !

- James !

Ces mots étaient sortis de ma propre bouche. En même pas un quart de seconde, la léoparde avait disparu. Laissant place à l’humaine. Les crocs avaient laissé place aux canines d’une dentition humaine. Les pattes, aux jambes et aux bras. Le pelage avait totalement disparu et j’avais retrouvé mes vêtements. J’avais été quelque peu perturbée de me retrouver sous ma forme humaine en si peu de temps. Néanmoins je n’avais pas eu le temps de trop réagir. Ayant perdu vitesse et élan. Ma métamorphose s’était produite dans un saut. Alors je retombais, face contre terre.  Je ne sentis rien au début, mais je remarquais vite que j’avais le souffle coupé. Je n’arrivais pas à reprendre ma respiration. Puis la peur et la sensation de manquer d’oxygène m’envahirent. Je n’arrivais pas à me redresser. Je voulais ouvrir les yeux mais je n’osai pas. Puis la culpabilité, d’avoir voulu tuer mon meilleur ami m’assaillit. Des larmes brulèrent aux coins de mes yeux et je ne pu les retenir, tant s’était douloureux. Autant cette culpabilité et cette peur que cette sensation de ne plus respirer.

Je restais donc recroquevillé sur le sol poussiéreux, les larmes roulant sur mes joues, suffocante,  avec une immense sensation de douleur.

Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Crystal K. Blake le Sam 22 Fév - 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lamaisondelanuit.forumactif.org/
James E. Adams
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 14/08/2013

MessageSujet: Re: Heureusement que tu es là.    Dim 16 Fév - 22:14


Do not let your anger lead to hatred, as you will hurt yourself more than you would the other.
fiche par ©️century sex  

James avait cru que c'était plus prudent de s'évader plutôt que de devoir affronter ce félin féroce. Pourtant, ce n'était pas une très bonne idée car s'enfuir avait toujours le don d'empirer les choses. James était rapide, mais il avait bien conscience qu'il n'avait aucune chance face à un léopard. Crystal n'était pas d'humeur à entendre les conseils de son meilleur ami. Sa nature animale avait prit le dessus et contrôlait ses morales. À l'intérieur de cet animal, Crystal s'était perdue. Il espérait tout de même qu'elle allait reprendre contrôle car sinon, il allait être réduit en miettes. C'était triste de se faire dévorer par un léopard qui était en fait votre meilleure amie.

La panique de James avait eu raison de lui. C'était impossible de garder son calme dans une situation comme celle-ci. Même la personne la plus calme du monde aurait ressenti de la crainte. James n'était qu'une vulgaire proie qui allait se faire attaquer par son prédateur. C'était de la survie dont il fallait faire face! Il fallait qu'il se concentre. Cela semblait simple mais non, pas du tout. Si James se laissait aller dans ses émotions, il y avait une chance qu'il se transforme. Et il n'osait imaginer qui gagnerait si cela devait terminer en une bataille.

James jetait un regard derrière lui, Crystal ne l'avait pas encore rattrapé. Où peut-être qu'elle avait reprit contrôle et ne s'était pas mise à sa poursuite. Il espérait car il commençait à fatiguer. Il sentait ses jambes s'alourdirent, fatiguées de courir. Il ralentissait petit à petit, mais ne s'arrêtait pas. Il continuerait d'avancer. James regardait une énième fois derrière lui, mais tout ce qu'il vit était une gueule, bouche grande ouverte, prêt à en faire qu'une bouché. Comment cela se faisait-il qu'il ne s'était pas rendu compte de sa présence?! Il allait mourir, là maintenant.

Quelles étaient les dernières choses dont il voulait accomplir? Sa vie s'était résumait à des fêtes et à de devoirs non fait. Il n'était pas le genre de type à être sérieux, et préférait vivre au jour le jour. Il n'avait rien accompli dans sa vie, à part de l'amusement. Oui, il avait passé sa vie à faire des conneries, et à tenter de contrôler ce foutu animal en lui. Crystal allait mettre fin à sa vie. Enfin, le léopard qui était en elle en tout cas.

Tout s'était passé si rapidement. James avait senti la terreur prendre le dessus. Ses pupilles s'étaient élargis, et avait changé de couleur. Le brun s'était assombri pour laisser place au noir, et ses ongles poussaient, devenant presque des griffes et ses canines devenaient de plus en plus pointues. Il… se transformait! Pourquoi n'était-il pas mort? Il tombait lourdement sur le sol, lâchant un gémissement de douleur. L'idée de se transformer le sidérer et le chien à trois têtes lui soufflait de laisser tomber, de perdre contrôle. Non, James n'était pas décidé à perdre contrôle, il allait se battre… contre lui-même.

-James !

Ce dernier eut un hoquet de stupeur, revenant subitement à la réalité. C'était Crystal. Elle était revenue à la raison et ne l'avait pas tué. James se calmait en entendant sa voix, il se retournait sur le dos, regardant les branches d'arbres qui avaient l'air si hautes. Une larme s'échappait de son oeil, coulant lentement le long de son visage. Il n'avait même pas été capable d'aider son amie. Crystal. Il l'entendait sangloter. Pleurait-elle ? La transformation de James s'était arrêtée. Encore grâce à sa meilleure amie. Sa voix l'avait en quelque sorte sorti de son délire avec l'animal qui le torturait de l'intérieur pour prendre le dessus. Elle devait vraiment avoir un don, celle-là. Adams soupirait lentement, et se relevait maladroitement. Il était fatigué de cette course. Il vit Crystal, allongée sur le sol, toute recroquevillée sur elle-même. Il se remit sur ses jambes et se trainait vers elle. Après qu'il s'asseyait près d'elle, il la prit dans ses bras.

-Depuis quand Crystal Blake montre ses faiblesses ?

Dit-il d'une voix taquine. Il ne savait vraiment pas où il trouvait l'humeur d'être ironique.

-Arrête de pleurer Crys, ce n’est pas grave.

Reprit-il d'une voix plus douce. Ce n'était pas de sa faute après tout.
 
James Adams & Crystal Blake



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Crystal K. Blake
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 10/08/2013
Age : 21
Localisation : Divergent Institute

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: Re: Heureusement que tu es là.    Sam 22 Fév - 15:23


Heureusement que tu es là.
With James E. Adams


Je craignais un instant d'avoir une côte brisée. J'avais extrêmement mal et le souffle encore court. Sûrement à cause de ma chute, et de ma soudaine transformation en humaine. J'avais eu le souffle court, je n'étais plus parvenu à bouger et à prendre une inspiration normale, mais quand James me prit dans ses bras, tel un enfant que l'on veut protéger et bercer, je m'apaisais et me détendais un peu, libérant le poids qui écrasait ma poitrine. Je pris une grande inspiration, ramenant de l'oxygène partout dans mon corps et surtout dans mon cerveau. Je passais une main sur mes joues pour sécher mes larmes et je restais là, dans ses bras étant attentive au battement de son cœur.

- Depuis quand Crystal Blake montre ses faiblesses ? Dit-il d'un ton taquin.

Je souriais, il avait toujours le mot qu'il fallait pour m'apaiser. Néanmoins mes larmes ne cessèrent pas de suite. J'avais tout de même failli tuer mon meilleur ami, sans le savoir, mais quand même ! Il allait me falloir quelques minutes pour m'en remettre après lui avoir demander au moins une centaine de fois, s'il allait bien mais je n'eu pas le loisir de lui demander, car il reprit aussitôt avec un peu plus de sérieux cette fois-ci.

- Arrête de pleurer Crys, ce n’est pas grave. Dit-il avec douceur.

Je me redressais, grimaçant sous la douleur qui semblait persister du côté gauche. Je prenais son visage entre mes mains et plantais mon regard ambré dans le sien.

- Si, c'est grave James. J'ai failli te tuer.. Je n'aurais pas pu te reconnaitre, tu y passé. Je ne me rendais compte de rien sous ma forme animale.. Dis-je sur un ton sérieux et désolé.

Mes larmes ne roulaient plus sur mon visage, je lâchais son visage pour l'étreindre fort.

- Excuse moi.. Lui murmurais-je à l'oreille.

Sous forme animale, surtout lors de grande colère, je ne contrôle pas la léoparde, elle se contrôle d'elle même, comme si elle n'était pas moi, mais une personne d'autre. Pourtant, elle fait partie de moi, elle est moi. La différence c'est qu'elle est une tueuse, pas moi. A cette pensée, un frisson me parcoure. Et si je n'avais pas été une métamorphe, si je n'étais pas une mutante.. Est-ce que ce trait de personnalité ce serait ajouté à ma personnalité d'humaine ? Est-ce que j'aurais été une tueuse ? Telle une léorparde ? Tant de questions sans réponses malheureusement..

Je sache ses pensées de mon esprit et je desserre l'étreinte pour me redresser.

- Aïe ! Oh merde !

Ma colère qui avait pourtant disparu, revint à grands pas. La douleur sur le côté gauche de ma cage thoracique ne prévenait rien de bon. Je me tortillais de manière à me positionner dans une position qui ne me ferait plus mal. Mais rien à faire, sa me torturait de l'intérieur. Est-ce que la léorparde aussi aurait mal ? Je craignais que oui malheureusement. Sinon, j'aurais très bien pu rester sous ma forme animale quelques jours de plus. Je levais les yeux vers James, qui s'était levé à son tour. Je me mordais la joue. Et me redressais tant bien que mal. Il n'était qu'à quelques centimètres de moi, je plaquais une main sur son torse.

- Sa ira.. Je veux pas risquer de me transformer dans tes bras, tu n'y survivrai pas cette fois. Dis-je sur un ton sérieux, en le regardant droit dans les yeux.

Je devinais, de par ma façon de voir, que mes pupilles n'étaient plus rondes, et que des reflets rouges et ocres dansaient dans mes prunelles d'ambre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://lamaisondelanuit.forumactif.org/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Heureusement que tu es là.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Heureusement que tu es là.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: {LIEUX DIVERS} :: La Forêt-