Partagez | 
 

 « Anything but Ordinary. » // Odin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chelsea L. Robinson
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 12/01/2013
Age : 20
Localisation : Dans ses rêves

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: « Anything but Ordinary. » // Odin    Dim 3 Fév - 6:55


    Lundi. Premier jour de semaine, et déjà, je suis fatiguée. Les cours, les cours et encore les cours. Qu’est-ce que je rêve d’être en vacances. A seize heures de l’après-midi, je finis par maths. Combien de fois dois-je dire à quel point c’est nul et incompréhensible. La matière que je préfère est la littérature. J’adore lire et j’ai un bon niveau pour rédiger des dissertations. Mais comprendre les maths était la lune à atteindre. Avant de comprendre ces séries d’équations algébriques, je devrais comprendre le sens de ma vie. Où est-ce que j’en suis? Je ne sais pas trop, cela doit être encore plus énigmatique que les maths… Je soupire alors que la sonnerie annonce la fin de mes cours. Enfin! Je sors avec hâte, je descends les escaliers au milieu de tous ces élèves. Il y en a de tout âge, dix à dix-huit ans, des surveillants et autres professeurs. Où est-ce que je vais à présent ? Dans mon dortoir, bien sûr. Mon sac en bandoulière me fait souffrir, pas étonnant vu son poids. Il est trop lourd pour mes épaules frêles. Lorsque je rentre dans ma chambre, je vois à quel point je suis perfectionniste… il n’y a que moi qui la range, surtout mes livres sans doute. Une étagère est accrochée au mur, et on peut remarquer que les écrits y sont classés alphabétiquement. Bon nombre d’amis m’avaient dit à quel point j’étais maniaque. Evidemment que non, c’est juste que je veuille m’y retrouver dans mes bouquins. Bref, je pose mon sac sur mon bureau. Je n’ai pas envie de faire mes devoirs, pas encore du moins. Je venais juste d’arriver, et déjà je pensais à les faire. Je suis vraiment folle par moment…  La plupart de mes professeurs m’aimaient bien. Je m’étonnais parfois pourquoi je n’avais pas été mise dans la maison de la Terre, j’aurais peut-être eu ma place-là. Et puis, je me rappelais que je suis une fille populaire, fière et ambitieuse, tout comme la maison de l’Eau. Enfin, je m’en fiche de ma classification des groupes, nous sommes tous des humains, ayant un cœur et un cerveau. Rien de plus, rien de moins. C’était pourquoi, je trainais souvent avec le groupe d’Odin, qui se composait de plusieurs membres de maisons différentes… Par moment, mes autres amies de l’Eau me faisaient savoir leur embarras pour moi de trainer avec eux. Je n’avais pas honte, au contraire.  Odin faisait partie de la maison du Feu, et c’était mon meilleur ami. Je n’allais pas renoncer mon amitié avec lui juste parce qu’une bande de lycéenne populaire me l’avait dit. D’ailleurs, il avait été plus qu’un ami. C’était mon premier amour, mon confident. Je n’aimais pas me rappeler de mon moment de couples, cela me serre le cœur. Bien sûr que j’ai encore des sentiments, ce n’est pas comme ça qu’on peut oublier quatre ans ensemble. Au moins, il était là. Parfois, il me surprotège, il prends trop ma défense mais je m’en fiche. C’est son caractère, il prend soin de ses proches. Je tourne mon regard sur mon appareil photo, je le prends dans mes mains. Est-ce que j’ai envie de prendre des photos ? Pas ici, pas à l’académie. Dans un endroit naturel plutôt, comme le lac. J’aime bien m’y rendre, c’est calme. Il y a parfois des visiteurs, mais pas durant ce temps de saisons. Le temps restait un peu frisquet, on ne pouvait pas s’y baigner. Je pris un sac à main, mit l’appareil dedans et sortis de mon dortoir après avoir troqué mes bottes à talons pour des converses confortables.

    Une brise d’air frais me prend de court. Peut-être que j’aurais du enfilé un gilet plus épais. C’est vrai que celui que je portais était particulièrement fin… trop tard, je n’allais pas faire demi-tour.  Non, la quantité d’escaliers à grimper est beaucoup trop désespérante. Je connaissais le chemin pour aller au lac, et en peu de temps, je retrouvais la magnifique vue de l’étendue d’eau. L’herbe tout autour, ça me faisait rêver. C’est sans aucun doute le meilleur paradis sur Terre. En étant gosse, j’y allais lorsque ça n’allait pas. Un de mes refuges, oui. Je m’allonge près du point d’eau, sur l’herbe froide. Je regarde le ciel bleu, dont des nuages en coton grisaillée sont présents. L’hiver est encore présent, mais il s’en va petit à petit. Bientôt, les fleurs refleuriront, les hirondelles reviendront faire leurs nids, les animaux sauvages se réveilleront, tout reprendra vie. Un mince sourire vint se poser sur mes lèvres, j’avais beau me montrer positive, aujourd’hui ma bonne humeur n’était pas au top. Pas que j’étais triste, mais je ressentais un certain vide. Peut-être que je désirais rencontrer mes parents finalement… je pensais souvent à ce sujet-là, ces temps-ci. Ne sachant pourquoi, mais j’aimerais savoir comment ils ressemblent. Petite, j’avais imaginé que ma mère avait les mêmes cheveux roux que moi, un sourire semblable au mien et une certaine beauté. Mon père serait brun, mais ses yeux sont verts émeraudes, comme moi. Arrête de penser à cela, me dis-je mentalement. Cela ne servait à rien, ce n’est pas comme si j’allais avoir le courage d’aller les chercher… Une partie de moi en avait envie, mais l’autre ? J’étais pétrifiée par la peur. Je craignais d’être déçue, que l’on me repousse, qu’on ne veuille pas de moi. Et mes parents adoptifs dans cette affaire ? Il ne savait même pas que je m’étais faite enlevée, ce serait égoïste de ma part de leur faire apprendre qu’une famille, ma famille existait. Je me redresse et prends mon appareil photo. Je l’avais eu grâce à ma famille adoptive, pour mon anniversaire. Je guette l’horizon qui se dresse devant moi, je prends une photo. Sincèrement, je prenais tout en photo. Un insecte, un brin d’herbe, un animal, un sourire, quelqu’un. N’importe quoi, n’importe qui. La photographie était mon passe-temps préféré, depuis toute petite. C’est l’une des seules choses que je me rappelle de mon passé…

    Clic. Je regarde autour de moi. Clic. Je soupire, je commence à avoir froid. J’aurais vraiment du m’habiller plus chaudement que ce gilet en coton extrêmement fin. Je pouvais survivre, une heure de plus au moins. Je repose mon appareil que j’aime tant dans son sac et me rallonge sur l’herbe. Mes pensées divaguent, je me perds dans la profonde de mon imagination. Les nuages formant tous des formes non-concrètes, la couleur bleue grisaillée. Je voudrais parfois être un oiseau, juste pour avoir la liberté de voler. Mais ma transformation de renard me suffisait bien amplement. Cela reflétait ma personnalité, ainsi que ma chevelure rousse. Rusée, je l’étais. Mais je suis également une grande trouillarde qui fuit à n’importe quel problème. Quel défaut dois-je dire. Vous devinez facilement que je n’aime pas Halloween, loin de là.

_________________


Chelsea L. Robinson ☼
C’est une bonne chose d’avoir peur, ça prouve au moins qu’on a encore quelque chose à perdre.
©️ Yamashita d'épicode


Dernière édition par Chelsea L. Robinson le Dim 21 Juil - 15:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Odin S. Knutson
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 12/01/2013

MessageSujet: Re: « Anything but Ordinary. » // Odin    Dim 10 Fév - 3:24

Nous sommes lundi , le premier jour de la semaine mais à peine avait ton commencer que je pensais déjà au week-end , au moins pendant le week-end j'étais tranquille je pouvais faire la fête avec mon petit groupe d'amis et traîner , vagabonder en gros faire ce dont j'ai envie . La semaine était une autre corvée puisque il y avait les cours , les professeurs , les notes certaines fois et beaucoup d'autres choses que je n'aimais pas vraiment . Aujourd'hui que pouvais je bien avoir comme cours . Je regarde mon emploi du temps et à peine ai je posé les yeux sur lui que je voudrais être le week-end . Je commençais avec deux heures d'anglais suivi de deux heures d'histoire des mutants et de la magie , qu'elle plaît ce cours en plus la professeur était vraiment une allumé , plus bizarre on ne fait pas . Dans ce cours j'ai de bonne notes en même temps ce n'est pas très dur avec un ami dans la maison de la terre qui vous passe tous ces cours bien rédiger que vous n'avez plus cas recopier afin de l'apprendre , il fallait juste apprendre pour avoir de bonne notes pas besoin de suivre . Tiens que mange ton ce midi , mince faut que je regarde avant d'aller à ces deux heures d'anglais .

Je regarde l'heure , je me suis encore lever tôt ce matin alors que je serais bien rester dans mon lit , pourquoi je me lève aussi tôt , c'est un vrai mystère même pour moi . Bon passons , il me semble flotter une odeur de saleté dans cette chambre , je renifle et découvre que c'est moi en petite partie puis en grande partie mon compagnon de chambre qui ne prend un douche qu'une fois par semaine . Vous me direz , une douche par semaine l'odeur est encore supportable , effectivement sauf quand on a un odorat sur-développer comme moi , c'est une vrai plaît . Je me dirige donc vers la salle de bain où je prend mon temps puisque j'adore l'eau , je prend environ une heure pour prendre ma douche , une vraie fille mais je m'en fou j'aime bien surtout quand c'est gratuit . Après cette longue douche j'ouvre ma garde robe et la je suis devant un litige que je ne peux résoudre alors comme je m'habille aujourd'hui , je regarde le temps dehors et je me doute qu'il fait froid mais pas assez pour que je mette un pull donc je met une chemise de couleur crème que j'accompagne avec un pantalon court qui m'arrive au milieu des mollets . Je réveille mon compagnon de chambre en me bouchant le nez comme tous les jours de la semaine puis je sort de la chambre avec mon sac à bandoulière que je met sur mon épaule droite , à il faut que je vous dise une chose à propos de moi quand je passe dans les couloirs il vaut mieux vous écarter de mon chemin d'une parce que vous risquez de tomber en entrant en contact avec mon épaule et de deux parce que je ne suis jamais de bonne humeur le matin où plutôt je ne suis jamais de bonne humeur quand je vais en cours .

J'arrive enfin à ma pièce préférer du matin , du midi et du soir c'est à dire la salle à manger , on peut dire que j'ai un estomac sans fond ou que j'ai un trou noir à la place de l'estomac car je n'ai jamais assez manger , peut être à cause de ma transformation qui me demande beaucoup d'énergie , une énergie que j'accumule en manger après tous comment je pourrais faire autrement . Après mon petit-déjeuner je fonce en cours puisque je suis en retard , oui je suis en retard comme tous les jours puisqu'il me faut une heure pour me douche et environ une heure et demi pour manger à cause du problème que j'ai évoquer avant . La matinée se passe sans incident notoire quelque bousculade dans les couloirs encore des premières années à qui l'on a pas dit de se pousser sur mon passage , tant pis pour eux , ils le savent maintenant . Il est midi et aujourd'hui on mange ce que l'on veut enfin , il y a un buffet avec à peu près tous ce dont on pourrait rêver comme a mon habitude je prend un plateau dans chaque main et je vais devant le buffet . Je me sers deux bol de ramen , un au bœuf et un autre au crevette et autre crustacé que j'adore manger puis je prend environ trois cents gramme de viande de cheval , trois cents gramme de viande de bœuf et trois cents gramme de saumon fumé , j'adore le saumon fumé ensuite je me sers un plateau entier de sushi . Oups il n'y a plus de sushi tant pis pour les autres fallait arrivée avant Odin le goinfre je prend mes deux plateau rempli à ras bord et je m'installe à la grande table réserver à la maison du feu et comme à mon habitude je met environ une heure et demi à manger et oui je met toujours une heure et demi à manger , ceci vous pose un problème ? Aucun j'espère parce qu'il serait vite régler avec moi . Je fonce en classe après ce bon repas chaud qui n'étais pas très équilibré faudra que je pense au légumes la prochaine fois mais cette simple penser me donne des frissons , la seule chose dont j'ai peur sur cette maudite terre ce sont des légumes . Si je n'étais pas un omnivores on se poserait sûrement des questions sur mon régime alimentaire qui est totalement carnivores quand je mange des légumes c'est pour faire plaisir à une personne et une seule , la seule qui a réussi à me faire manger des légumes , mon ex-copine : Chelsea.

Elle est moi c'est une longue histoire , une histoire de quatre . Si j'étais si bien avec elle pourquoi est ce qu'on est séparer , je ne sais pas trop moi-même mais je sais que du jour au lendemain nous ne sortions plus ensemble , le problème n'était pas vraiment nos sentiments puisque je l'aime toujours mais ce serait plutôt …... en faite j'en sais rien c'est un véritable mystère , et pas de commentaire si possible sinon je risque de m'énerver , de me transformer et de vous ouvrir en deux . Tiens en parlant de Chelsea c'est étrange que je n'ai l'ai pas vu aujourd'hui bon passons puisque je n'ai vu personne que je connaissais aujourd'hui sûrement qu'on se croiser et que je ne l'ai pas remarquer comme à mon habitude . Les cours de cette après-midi sont maîtrise de soi et de sa transformation j'aimais bien cette matière , elle était intéressant puis ensuite on avait cours de combat , à mon préférer et l'endroit où j'étais le meilleur grâce à ma force et mon agilité que peu de personne a quand on a mon âge . Le professeur de combat dit toujours que je suis un génie martiale mais mes partenaires disent juste que je suis une brute en même temps mes partenaires ne sont jamais vraiment chanceux et finissent assez souvent à l'infirmerie de l'école . L'après-midi passe assez vite avec des cours comme ça , je suis même déçu de partir de cours de combat . J'ai encore plein d'énergie à dépenser moi alors je me dis qu'une petite trempette dans le lac dont l'eau doit être gelée ne me ferait pas de mal . Je fonce donc dans ma chambre , premièrement je pose mon sac enfin je le vide puis je met une serviette dedans , je remplace mon caleçon par un short de bain qui m'arrive un peu au dessus des genoux et je prend un caleçon puisque une fois que j'aurai fini ma trempette je n'aurai pas que ça à faire de me trimbaler dans un short tous mouiller . Je cours dehors puis jusqu'au lac d'une traite où je me déshabille plus vite que la musique et plonge dans le lac . Après dix minutes de nage j’entends des clic frénétique que je reconnaîtrais parmi des centaines de clic . Ce sont particulier était le son qu'émettait l’appareil photo de Chelsea . Je regarde au loin où est ce qu'elle peut bien être puisque je n'entendais plus les clics , je la trouva après quelque minutes à scruté l'horizon , elle était allongé dans l'herbe froide à regarder le ciel comme d'habitude . Je sort discrètement de l'eau me sèche , me déshabille , me rhabille enfin en gros je suis torse nue avec pour seule vêtement mon pantalon qui m'arrive au milieu des mollets .Je met fait discret ce qui est assez difficile vu ma silhouette mais j'essaye du mieux que je peux , j'arrive enfin au niveau de Chelsea que vais je bien pouvoir faire cette fois pour lui faire peur . Ah je sais je prend ma serviette je lui jette sur le visage et je plaque ma main sur son ventre pour qu'elle ne puisse plus bouger et je dis avec une voix différente de la mienne .


« Si tu hurle ou que tu te débat je te tue , pour le moment je vais tranquillement profiter de toi . »

J'avais tous cela avec une voix grave une fois qui faisait peur et surement que Chelsea devait m'appeler au secours intérieurement puis pour ne pas être trop méchant et ne pas trop lui faire peur non plus je m'assoie à côté d'elle attend un peu qu'elle remarque qu'il n'y avait plus de pression sur son ventre avant de lui enlever la serviette mouiller que je lui avait jeter sur le visage en disant .

« Bouh »

Elle avait dû avoir une peur bleu en même ce n'est pas très dur de mettre une peur bleu à la jeune femme , elle doit être la jeune femme la plus peureuse que je connaisse où plutôt la personne la plus peureuse de toutes l'école . Je lui fait un grand sourire tous en la regardant et en me disant qu'elle allait sûrement s'énerver après moi et me traiter d'abruti sans cervelle .
Revenir en haut Aller en bas
Chelsea L. Robinson
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 12/01/2013
Age : 20
Localisation : Dans ses rêves

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: Re: « Anything but Ordinary. » // Odin    Dim 24 Fév - 16:06

    J’étais enfermée dans ma petite bulle, au fond de mes pensées. Ni rien, ni personne ne pouvait me déranger. Je me demandais ce que j’allais faire après être partie de cet endroit. Peut-être que je partirais dans mon dortoir, je n’avais pas sincèrement envie de trainer avec certains de mes amis. Pas aujourd’hui, je n’étais pas dans l’humeur. Disons que c’était assez difficile, dans chaque coin de couloirs, des élèves qui m’étaient inconnues, eux me connaissaient. C’était ça lorsque j’étais populaire. C’est parfois chiant, mais finalement, j’aime bien. Je ne me sens pas supérieure au contraire, je parlais sans doute à tout le monde, mais ça faisait du bien d’être admirée même si je ne savais pas pour quoi. Respectée, je l’étais. Pleins de monde me connaissait, pleins de mecs me tournaient autour. Moi, qui toute ma vie était une Nobody, j’étais enfin quelqu’un. Le problème c’est que mes amis de l’Eau détestait me voir avec le groupe d’Odin, c’était parfois énervant également. Je n’avais pas envie de les laisser tomber, mais je ne voulais pas non plus laisser tombé Odin. Un vrai dilemme.

    Soudain, ma vue se brouille. On vient de me lancer quelque chose sur la tête, j’essaye de l’enlever rapidement afin de prendre mes jambes à mon cou mais on m’en empêche. Une pression sur mon ventre alors que je tente de déguerpir, je me débats, j’essaye de bouger mais je n’y arrive pas. C’est un homme, pensai-je. Parce qu’il est fort, parce qu’il me tient comme un lapin fait dans un piège.

    « Si tu hurles ou que tu te débats je te tue, pour le moment je vais tranquillement profiter de toi. »

    C’était quoi ces conneries ? Je restais immobile un instant, la peur me terrorisait. Mes mains tremblaient, depuis quand il y avait des psychopathes dans le coin ? Je me mordis la lèvre, peut-être un peu trop fort car j’avais le gout de sang dans ma bouche. Alors quoi ? J’allais crever, j’allais me faire violer au pire. Non, je préférais mourir maintenant. Je pouvais me sortir de là, si mes foutus bras me le permettaient ! Chacun de mes muscles restaient bloqués, comme si je n’arrivais pas à m’émettre la situation. Je pensais à ce que je n’avais pas fait et… Les mains de ce pervers se ôtèrent de mon ventre, et la serviette s’envola. J’ouvris les yeux, j’essayais de déglutir, je voulais vomir. C’est là que j’entendis un « Bouh » à côté de moi, ce n’était pas un psychopathe mais bien ce crétin d’Odin.

    -Putain Odin ! T’es vraiment un con !

    Je continuais à émettre des jurons. Jusque là, je venais de me rendre compte que mes yeux s’étaient transformées. Un peu plus et je me serrais transformer en une renarde. Je me concentrais pour que mes yeux redeviennent « humain », ils reprirent vite leurs formes initiales. Je donnais une tape sur l’épaule d’Odin, un peu plus fort que prévu d’ailleurs. Non, mais qui ferait ce genre de « blagues » ?! J’étais une trouillarde, ce n’était pas une raison pour en profiter. Je voulais l’étrangler.

    -Va te faire voir.

    Dis-je entre les dents, me tournant brusquement, lui faisant dos. Ce n’était pas sympa, du tout. Moi, je ne lui faisais pas ce genre de tour. Je ne profitais pas de ses faiblesses. Je boudais, c’était aussi gros qu’une maison. J’attrapais mon appareil photo, je regardais l’historique de photo. De belles photos, oui. Je les regardais pour changer d’air. Odin était un vrai gamin par moment, comme maintenant par exemple. Je braquais l’appareil sur lui et prit une photo. Pas le temps de réagir que la photo était déjà prise, je souris à son expression béate. Je devrais commencer un dossier sur lui, et ensuite les coller sur les murs de l’école. Excellente vengeance. C’est sur la photo que je me rendis compte qu’il ne portait qu’un bas. Il n’avait pas de tee-shirt. Il laissait voir son torse, ses muscles et soudainement, je me laissais happer par les souvenirs. Pourquoi est-ce qu’il essayait de me tenter ? Je me mordis la lèvre, secouant la tête, je me retournais vers Odin.

    -Pourquoi t’es là de toute façon ?

    Peut-être pour m’espionner et me faire peur ?! Mais non, il n’était pas aussi diabolique que ça. J’espérais en tout cas, sinon, je le vivrais mal. Mes mains tremblaient encore un petit peu, surement sous l’émotion de la colère.


_________________


Chelsea L. Robinson ☼
C’est une bonne chose d’avoir peur, ça prouve au moins qu’on a encore quelque chose à perdre.
©️ Yamashita d'épicode
Revenir en haut Aller en bas
Odin S. Knutson
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 12/01/2013

MessageSujet: Re: « Anything but Ordinary. » // Odin    Dim 21 Juil - 19:17

Cette journée était magnifique, c'est pour ceci que j'ai été me baigner dehors mais surtout pour me rappeller mon pays d'origine ainsi que ma région d'origine . Le paysage de ce lac était comme dans ma région d'enfance . Froid , magnifique , nordique en un seul mot pour faire simple .
Je n'avais pas vraiment prévu de croisé Chelsea à cette endroit mais j'avais saisi l'occasion de lui faire peur comme à l'époque où nous étions ensemble sauf que maintenant j'étais encore plus cruelle quand je lui faisait peur . Je savait d'avance de qu'elle manière elle allait réagir mais je l'ai fait quand et j'ai le secret pour la calmer rapidement .

Chelsea nous aviosn été très longtemps ensemble , elle avait été ma première copine , mon première amour, ma première amante . Elle avait été tous mes premières fois en ce qui concerne mon amour et elle avait aussi été ma première rupture . Nous étions sortit ensemble pendant 6  ans et nous avions rompu pour une raison inutile. Je mentirais si je disais que je ne ressent plus rien pour elle, puisque 6 ans d'amour en s'efface pas du jour au lendemain . Aujourd'hui je lui avait fait peur comme jamais et je le regrettais déjà puisque ceci me faisait de nouveau un pincement au cœur mais je voulais la voir, lui parler , sentir son odeur , me perdre dans son regard , sentir ces lèvres contre les miennes . Oh , stop , mon esprit partait une nouvelle fois en dérive et à chaque fois quand je suis en présence de Chelsea . Je soupirai doucement puis je lui fit peur comme jamais .

Quand je l'as libéra et qu'elle remarquea que c'était moi et non un serial killer, elle du être très soulager mais aussi très énerver . Je ne tarda pas à être victime de sa colère mais surtout de ces insultes en pleine face .


- Putain Odin ! T’es vraiment un con !

Con, c'était une première comme insulte venant d'elle pour moi . Elle m'avait souvent insulté d'immature , de débile profond et autre petit insulte très blessante mais à chaque fois je subisser parce que à ce moment là je savias que j'avais été trop loin en lui faisant peur . Au moment où je voulu la prendre dans mes bras pour m'excuser, elle me lança :

-Va te faire voir. 

Qui été assez cinglant comme je pouvais m'y attendre de sa part , elle m'avait vraiment manqué, trop manqué et au moment où elle me demanda ce que je faisait ici je la pris tendrement dans mes bras comme au bon vieux temps . Quand ma tête arriva au niveau de ses cheveux je pris une grande inspiration pour saisir un maximum de son odeur dans mes sinus, qu'elle magnifique odeur qu'elle avait là . Toujours la même odeur qui m'avait fait tourner la tête .

- Je suis ici parce que j'avais envie de te voir et j'ai senti ton odeur au loin donc je suis venu. Je suis désoler de t'avoir fait peur .

Je la serra fort dans mes bras mais pas trop pour qu'elle n'étouffe pas, je lui déposa un baiser sur la joue aussi tendrement que possible pour qu'elle comprenne que j'étais sincère. J'aurai aimé l'embrasser mais ceci aurait été plus que déplacer puisque c'est moi qui avait annoncer notre rupture  . J'étais content d'être avec elle en ce moment même mais une légère odeur vint me troubler alors je mis ma bouche contre son oreille .


- Va te cacher il y a des chasseurs qui se cache derrière ces arbres derrière nous

Elle comprenait ce que je venais de lui dire . Elle allait aller se cacher pendant que je ferai de mon mieux pour la protéger de ses vauriens qui nous chasse depuis longtemps . Il en avait après elle mais puisque j'étais là il allait s'en prendre à moi en priorité .

- Arrêter de vous cacher et montrer vous , je sais que vous êtes ici .

Ils sortirent instantanément de leur cachette, il était cinq et plutôt bien armé et il avait l'air très expérimenter contre nous. Il fallait que je garde ma transformation secrète puisqu'elle était l'une des plus puissant existante parmis les nôtres  .
Revenir en haut Aller en bas
Chelsea L. Robinson
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 12/01/2013
Age : 20
Localisation : Dans ses rêves

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: Re: « Anything but Ordinary. » // Odin    Lun 22 Juil - 21:01


    Je ne pouvais pas rester indéfiniment en colère avec Odin. Même si je le voulais, je le pardonnais de suite, juste à voir son visage. Son torse ne me laissait pas indifférente mais comme d’habitude, je le cachais bien. Je ne voulais pas qu’il sache que j’avais encore des sentiments pour lui, j’aurais vraiment l’air d’une faible et d’une débile. Et puis, ce n’est pas comme s’il y avait une chance que nous puissions être de nouveau ensemble, puisque c’est lui qui avait annoncé notre rupture. Et puis, notre couple avait cessé de fonctionner depuis longtemps, comme si nous nous ennuyions. Mais maintenant qu’il n’était plus mon petit-ami, il me manquait. Bref, au moins, il était mon meilleur ami. C’était mieux que rien. Je pouvais profiter de sa compagnie.

    Alors que je lui demandais ce qu’il faisait ici, il me prit dans ses bras. Je me laissais aller, mon dos tombait sur son torse musclé et chaud, et ma tête sur le creux de son épaule. Ah, pourquoi était-il toujours obligé de me tenter ? Comment étais-je censée gardé mon sang-froid et mes pensées droites s’il me montrait son torse, et maintenant, je devais être dans ses bras fort ? C’était de la pure torture. Bon, allons, Chelsea, ressaisit-toi. Ce n’est pas la mort quand même. Je posais mes mains sur ses bras, traçant des cercles, cela m’apaisait d’une certaine manière. Je soupirais, et sourit à ses paroles.

    -T’inquiète pas, c’est pas grave. Je dois avoir l’habitude avec toi.

    Dis-je ma dernière phrase sur le ton de la plaisanterie. Il me serrait dans ses bras, avant de m’embrasser sur la joue. Et dire que je n’aurais qu’à tourner la tête pour atteindre ses lèvres… Ça me déprimait un peu, je voulais partir dans mon trou et ne plus revenir. Dit-lui, une voix me soufflait. J’ignorais mes pensées. De toute façon, je n’eus pas le temps d’en placer une que je sentis Odin se raidir.

    - Va te cacher il y a des chasseurs qui se cache derrière ces arbres derrière nous.

    Je ne cherchais pas à en apprendre plus que je me mis sur mes jambes. J’attrapais mon sac et me mis à courir. Je m’en voulais de partir comme cela, j’avais toujours été peureuse et cela n’allait pas changé de sitôt. Alors que je m’éloignais du lac, je ralentissais. Il fallait que je revienne sur mes pas, Odin était tout seul maintenant. Il n’allait pas pouvoir se débrouiller tout seul. Et puis, chasseur voulait dire arme. Donc… Il était en danger ! J’essayais de reprendre mon souffle, mes mains tremblaient, mon cœur tambourinait fortement dans ma cage thoracique et l’adrénaline pulsait dans mes veines. Il fallait que je m’asseye pendant quelques secondes, c’était tout ce qu’il me fallait. Je m’asseyais donc sur l’herbe fraiche, et enlevais mes cheveux de mon visage.  Pas le temps d’un répit que des mains enlacèrent mon cou, derrière moi. Cette fois-ci, ce n’était pas Odin. J’aurais reconnu son odeur. Et puis, la poigne de ses mains était violente, je manquais peu à peu d’air. La première chose que je fis fut de retenir ma respiration, j’aurais quelques temps d’essayer de me libérer. Mes ongles griffaient ses mains étrangères, les pinçaient. Un ricanement retentit, puis des paroles pour me balancer qu’il savait ce que j’étais, un monstre ; rien de plus. Que je méritais mon sort, que j’étais un démon. Des larmes me montèrent aux yeux. Alors quoi ? J’allais mourir comme ça, aussi bêtement. Mon existence entière, ou du moins, ce qu’il me restait, se lancer comme un film devant mes yeux. Mon arrivée à l’académie, mon entrée dans le groupe de l’Eau, ma rencontre avec Odin, ma relation avec lui ainsi que ma rupture. Toutes les rencontres que j’avais faite au cours de ces dernières années. Et plus important, les parents que je n’avais jamais rencontrer. Je me disais que je n’étais pas prête, mais maintenant, je n’aurais plus l’occasion de les voir, de savoir leur identité.

    Une colère noire me submergeait. Non, je n’allais mourir comme ça. Il fallait que je me batte. Mon corps rapetissait, de la fourrure me recouvrait et bientôt, je m’étais transformée en renard roux. Le chasseur me tenait toujours par le cou, mais mes dents en tant que canin, se jetèrent sur lui. Ne s’attendant pas à cette attaque, il hurlait alors que du sang s’écoulait de sa main. Je grognais, mais aussi, je respirais l’air frais que la nature m’offrait. J’avais mal à la nuque, mais peu importe, j’étais vivante. L’homme essayait de se jeter sur moi encore une fois, mais je le pris de court. Je le mordis férocement, peu à peu je perdais mon contrôle. Comme si j’avais envie de le tuer, je n’arrivais pas à m’arrêter. Son haut était imbibé de sang, il gémissait alors que son corps ne bougeait que très peu. C’est là que je stoppais net. Je respirais lentement, fermant les yeux. Je reprenais mon calme. Je me retransformais en humaine, et fit demi-tour. Il allait s’en sortir, ce n’était que des vilaines blessures mais rien de si grave que cela. J’allais aider Odin, qu’il le veuille ou non, je m’en foutais complètement. J’essuyais mes larmes que j’avais laissé tomber sur mes joues, et repris ma route à l’envers.

    Lorsque j’y arrivais enfin, j’étais à bout de souffle. Je courrais vite malgré ma petite taille, j’avais hérité ce don depuis toujours, et aujourd’hui, j’étais bien heureuse de l’avoir. Mes yeux tombèrent sur Odin, et puis, mon regard fut fixé par l’un des chasseurs qui était en train de viser mon meilleur ami sans qu’il s’en aperçoive. Je ne réfléchissais plus : je courrais en sa direction, luttant contre mon envie de lui hurler d’arrêter. Il n’était qu’à quelques mètres de moi, et je me jetais sur lui. Un coup de feu retentit, la balle fut projetée dans le ciel pour tomber quelque part au lointain, alors que je tentais de saisir l’arme. Je faisais face à l’attaquant, il me hurlait quelque chose mais mes oreilles bourdonnaient, je ne comprenais donc rien. Je n’étais pas aussi forte que lui, puisque c’était un homme. Il essayait de pointer le canon sur moi, et lorsque ce fut fait, je rencontrai son regard de pierre et cruel. Son doigt sur la détente, et hésita une seconde avant de tirer. Ce fut lors de cette seconde que si je ne bougeais pas, j’allais bel et bien me prendre une balle, mais mon corps semblait paralysé. Un autre coup de feu brisait le silence qui m’accablait. Je me doutais que bien des gens devaient crier, mais je ne les entendais pas. Mes yeux s’embuèrent de larmes une fois encore, alors que je poussais un cri. Long, aigu, déchirant. J’essayais de respirer, et surtout, arrêter de sangloter qui me faisait mal à la gorge. Je regardais sur mon tee-shirt, il y avait du sang. Rouge profond, vif, un sang que je croyais le mien. Mais lorsque je tâtais mon ventre, pour une éventuelle blessure, il n’y avait rien. J’avais réussi à détourner le canon à temps qui était tendu sur moi. Je regardais mon assaillant, mais il me scrutait bizarrement. Il me tenait par les épaules pour se retenir de tomber, mais ses genoux flanchèrent rapidement. Mes jambes suivirent le mouvement, et je me retrouvais par terre, le corps d’un homme qui avait été tiré dessus à ma place. Je n’étais pas contente, j’avais tué quelqu’un. C’était de ma faute. C’était de la légitime défense, et puis, c’est lui qui voulait abattre Odin mais... je me sentais tellement coupable.

    -Je suis désolée, murmurais-je plusieurs fois.

    Il avait bien piètre allure. Il était devenu très pâle, ses yeux se fermèrent tandis qu’il rendait son dernier souffle. Je me détachais de lui, mais je restais par terre, comme paralysé. Mon corps restait de pierre, je ne savais pas ce qu’il passait autour de moi.

_________________


Chelsea L. Robinson ☼
C’est une bonne chose d’avoir peur, ça prouve au moins qu’on a encore quelque chose à perdre.
©️ Yamashita d'épicode
Revenir en haut Aller en bas
Odin S. Knutson
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 12/01/2013

MessageSujet: Re: « Anything but Ordinary. » // Odin    Mar 23 Juil - 18:47

Après avoir dit à Chelsea de s'enfuir je sentis une montée d'adrénaline dans mes veines, mon corps commença à accélérer de rythme pour en venir au rythme qu'il avait à chaque fois que je me batte avant de dire au hommes armés de se montrer je m'assure que Chelsea est assez loin pour qu'elle ne cours aucun risque . C'est alors que je vois plusieurs hommes sortir de la forêt, il était plus nombreux que ce que mon odorat m'avait rapportés .

Il avait réussit à tromper mon odorat ce qui n'était pas une mince à faire alors avant de me transformer et de leur foncer dessus je pris une longue inspiration . Je sentis alors l'ammoniac qui recouvrait les vêtements de certains d'entre eux . Voila comment il avait réussi à tromper mon odorat, l'ammoniac avait pour effets de supprimer toutes les odeurs des vêtements sur lesquelles on en mets . J'eus un sourire amusé, il c'était vraiment du mal pour avoir Chelsea qui ne les aurait même pas sentis si je n'étais pas venu mais qui disait qu'il en avait après elle ? Peut-être qu'il m'avait suivit depuis un moment et que je ne l'avais pas remarquer à cause de cette ammoniac présent sur leur vêtements .

J'avais emmené le danger à Chelsea et je m'en voudrai toutes ma vie si il lui arriver quelque chose, qu'est ce qui pouvait certifier qu'il était tous en face de moi ? Il avait l’air bien sûr d'eux pour des personne qui n'était armés que de pistolet automatique et d'épée. Pourquoi des épées ? Il n'espérait quand même pas percé mon armure avec de vulgaire épée . J'eus un petit rire nerveux qui j’arrêtai aussitôt pour reprendre mon sérieux et me concentrer sur la bataille à venir .

Personne ne bougeait, pour ma part j'attendais le bon moment pour foncer sur eux en forme de Panserbjørnes mais eux que pouvait t'il bien attendre . Je respira une nouvelle fois les odeurs avoisinante et plus précisément celle de Chelsea . Un frisson mélangeant l'inquiétude et la colère me traversa le dos ce que je venais de sentir est une odeur de sang mélanger à une odeur de peur mais je fut soulager en me rendant compte que l'odeur de Chelsea bougeait mais elle bougeait vers moi . Qu'est qui pouvait bien lui traverser l'esprit à cette petite idiote . Ne se souvenais telle pas que ma transformation est un ours de plus de six mètre de long en armure .

Je sentis un combat non loin derrière moi alors il devait y avoir un homme derrière qui allait m'abattre dans le dos avant même que je ne réussisse à me transformer si j'avais foncer sur ses amis présent en face de moi . Je sentis la vie sortir du corps de cette homme , Chelsea avait du tuer par ma faute mais elle était en sécurité maintenant . Elle assez près de moi pour que je l'as protège en une fraction de seconde et assez loin d'eux pour qu'il ne puisse pas la prendre pour cible .

Il était temps pour moi d'en finir avec leur minables petites vies de chasseurs de mutants, il était plus que temps qu'il meurt pour tous les crimes qu'il avait connu . Je couru alors dans la direction du groupe de chasseurs qui se trouver en face de moi et pendant que j'étais en train de me transformer je poussa un grognement mi-humain mi-animal puis un autre grondement une fois que je vu totalement transformer . Les oiseaux présent dans les arbres autour de nous s'envolèrent instantanément sentant le danger qui émaner de ma transformation . Certains des chasseurs en face de moi lâchèrent leurs armes et essayèrent de s'enfuir à cause de la peur que je venais de leur inspirer grâce à ma transformation mais d'autres restèrent sur place me tirant dessus . Malheureusement pour eux et heureusement pour moi il était loin d'être des bon tireurs donc les balles ricochèrent contre mon armure . Voyant que je n'étais plus très loin d'eux et qu'il n'avait plus le choix , il dégainèrent leurs épées afin de tenté de me blesser avec leur vulgaires morceaux de métal forgés pour tuer d'autre être humains mais pas forgés pour tuer des mutants . Il était encore très loin du compte .


- Fuyez ou mourrez stupide humain

Je leur sauta dessus arrachant le tête du premier avec ma mâchoire et éclatant le tête d'un autre d'un simple coup de pattes que je venais de donner sans aucune puissance . Ma transformation était toujours aussi destructrice et puissante . Je me souviens maintenant pourquoi je ne l'avais utilisé contre des humains à moins de n'avoir plus que cette solution alors je repris forme humaine . Je saisit l'épée d'un des deux cadavres des personnes que je venais de tuer .

C'est à partir de ce moment là que je m'engagea dans un duel d'escrime avec les deux qui restait et qui ne s'était pas enfui face à moi, il ne manquait pas de courage dommage pour qu'il soit des chasseurs de mutants sinon il aurait fait d'extraordinaire humain , normaux mais extraordinaire .
Je planta mon épée dans le ventre de l'un deux avant de remonter l'épée afin que celui que je venais de transpercer soit coupé en deux du bas du ventre jusqu'au sommet du crâne . Le second hésita un instant puis me fonça dessus en émettant un hurlement désespérer . Je lui trancha simplement et proprement la tête avant de jeter l'épée au sol pour aller retrouver Chelsea près du corps de l'homme qu'elle avait tué et sûrement le premier à voir la réaction qu'elle avait en face de son cadavre . Elle n'arrêter pas de s'excuser auprès de lui pour l'avoir tuer mais elle n'avait fait que ce défendre après tous dans ces moments là, ce sont eux ou nous .

Je l'as pris doucement dans mes bras et je lui caressa sa chevelure rousse d'une main afin de la calme . Tous en faisant cela je l'as décolla du sol et l'emmena loin de ce champ de bataille . Je ne retournerait jamais ici pour me baigner après tous nous n'étions en sécurité cas l'intérieur de l'école . Nous serions toujours poursuivit peu importe à qu'elle point nous nous sentions en sécurité, nous étions toujours chassé .


- Calme toi ma belle . Tu n’avais pas le choix . Je suis désoler que tu ai du vivre ça . Rentrons et ne revenons plus jamais ici.

Une larme coula le long de ma joue jusque sur l'épaule de Chelsea, elle avait du tué quelqu'un par ma faute, elle avait du vivre cette expérience traumatisante par ma faute . Je me promis intérieurement que plus jamais je ne lui ferais vivre ça et que peut importe comment, je la protégerais toujours et l’emmènerait toujours loin des combats entre humain et mutants .
Revenir en haut Aller en bas
Chelsea L. Robinson
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 12/01/2013
Age : 20
Localisation : Dans ses rêves

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: Re: « Anything but Ordinary. » // Odin    Lun 29 Juil - 18:30

    Des larmes roulaient sur mes joues, détruisant complètement mon maquillage, au passage. Je voulais m’enfuir mais mes jambes ne souhaitaient plus courir. Je m’en voulais tellement. Il n’y avait pas que la mort de ce chasseur qui m’accablait mais aussi, la question : Et si c’était moi qui avait prit une balle ? Tout s’était joué en quelques secondes, mon adrénaline m’avait ébranlé et avait rejeté le canon loin de moi. Je me sentais faible, couchée sur cette herbe soudainement froide. Le sang de mon assaillant sur moi me glaçait de l’intérieur, je n’avais qu’une envie : vomir. C’est ce que j’aurais sans doute fait si Odin n’était pas venu.

    - Calme toi ma belle. Tu n’avais pas le choix. Je suis désoler que tu ais du vivre ça. Rentrons et ne revenons plus jamais ici.

    Je n’avais pas envie d’entendre ses paroles, ce n’était pas ce qu’il me fallait. Je voulais simplement être seule et me laissais submerger par le silence et la solitude. Je n’étais pas quelqu’un qui aimait être réconfortée, d’ailleurs, je détestais pleurer devant quelqu’un d’autres. Mais dans cette situation, je n’avais pas pu m’empêcher. C’était après tout une bonne chose, car j’avais sauvé Odin. Cela m’avait couté ma culpabilité mais je l’avais fait. Je n’allais pas revenir dans ce lieu de sitôt, peut-être même jamais. Je détestais le fait que ça allait me hanter. Je sentis une goutte tomber sur moi. Je regardais le ciel pour voir s’il pleuvait mais non. Je regardais alors Odin qui m’avait prise dans ses bras, attrapant également mon sac qui avait du recevoir quelques bosses, ses yeux étaient brillants. On pouvait voir le sillon d’une larme qui était tombée sur moi.

    Je gardais le silence, séchant mes larmes au passage. Mon regard se portait dans le vide, je n’avais pas envie de parler. Si on regardait Odin, on pouvait voir qu’il me surprotégeait comme une gamine pas capable de se débrouiller toute seule. C’était vrai que je n’aimais pas me retrouver seule, que j’étais une étonnante trouillarde, il n’y avait pas de doute là-dessus. Mais il fallait aussi que j’apprenne à prendre soin de moi et être indépendante. Après tout, la vie était faite comme cela. Life is a bitch. Oui, elle l’était. Je ne pouvais pas contester. Nous arrivâmes devant l’école. Les grilles étaient ouvertes. L’école était grande puisqu’elle habitait pleins de mutants. Je n’aimais pas qu’on m’appelle un mutant, après tout, j’étais bien quelqu’un de normal aux facultés extraordinaires. Je ne me croyais pas plus supérieure ni plus spéciale. Je suis simplement une fille qui s’était kidnappée en étant gosse. Et maintenant me voilà dans ce nouvel environnement. Nouvel, était bien un petit mot puisque j’avais passé mon adolescence là.

    -Lâche-moi.

    Réussis-je à dire sans que ma voix tremble. Je me débattais un peu, parce que je savais qu’il allait se montrer réticent. Alors que mes pieds touchaient le sol, je pris quelques pas. Je réarrangeais mes cheveux vu qu’ils étaient en bataille mais sans miroir, ça allait être dure.
    Je m’asseyais sur les marches de l’école, avec l’envie de pleurer à nouveau, mais je ne me laissais pas faire cette fois. Je ravalais mes larmes, mais lançais un triste regard vers Odin.

    -Ce qui vient de se passer, me donne juste l’envie de partir d’ici…

    Fis-je en désignant l’école. Je n’aimais pas l’idée qu’on me juge, qu’on sache ce que je suis.

_________________


Chelsea L. Robinson ☼
C’est une bonne chose d’avoir peur, ça prouve au moins qu’on a encore quelque chose à perdre.
©️ Yamashita d'épicode
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Anything but Ordinary. » // Odin    

Revenir en haut Aller en bas
 

« Anything but Ordinary. » // Odin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vos impressions sur la Myth Cloth de Seiya-Odin
» moulages de mon custom odin cloth myth
» No Ordinary Family
» No Ordinary Family (2010)
» Amy Acker dans No Ordinary Family

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: {LIEUX DIVERS} :: Le Lac-