Partagez | 
 

 Le sauveur de minuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
June R. Heaven
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 22
Localisation : Dans les airs.

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: Le sauveur de minuit   Sam 1 Fév - 18:25


© Yamashita sur épicode

Le sauveur de minuit
« La nuit cache parfois des choses qu'il ne vaut mieux pas croiser. »


feat. Loyd Smith


La nuit était tombée, je rentrais vers le quartier nord de la ville pour rentrer dans mon petit chez moi, mon petit coin de tranquillité, mon endroit de paix. Mon appartement. J'étais crevée de ma journée, elle avait été particulièrement éprouvante, entre shooting photo et cours à la fac et bien entendu je m'étais rendu à Divergent Institute. Enfin bref, je n'avais qu'une envie, me prélasser dans un bon bain plein de mousse en rentrant. Je regardais par la vitre. Oh mais attends..

- Chauffeur, s'il vous plait ? Il semblerait que vous vous êtes trompé de quartier.. Dis-je en m'adressant au chauffeur du taxi. Je vis dans le quartier nord.

Le conducteur du taxi leva les yeux vers son rétroviseur intérieur, pour me toiser de son regard sombre.

- D'solé ma p'tite dame mais ma route s'arrête là.
- Pardon ? Je vous ai payé pour m'emmener jusqu'au quartier nord pas dans ce quartier malfamé ! J'avais haussé le ton, fronçant les sourcils. Je commençais sérieusement à m'énerver.

Cependant le conducteur ne broncha pas et il osa même hausser les épaules, adoptant un petit air navré et il coupa le moteur. Il descendit du véhicule et m'ouvra la portière, m'invitant à descendre. Je marmonnai et descendis du taxi, il me regarda de la tête aux pieds.

- Vos yeux vous les posez ailleurs que sur ma poitrine ou mes fesses, rentrez chez vous espèce de misérable !

L'homme eu un sourire et ria d'un rire rauque avant de tousser et de s'installer dans son véhicule et de décamper. Non mais j'hallucine ! Me voilà paumée au milieu de nul part, enfin non, paumée dans le quartier le moins chic de la ville et le plus dangereux bien sûr ! Pensais-je excédée. Je replaçais la sangle de mon petit sac, sur mon épaule, je regardais aux alentours et je prenais mon book photo contre ma poitrine. Il commençait à faire froid, pas étonnant, ma petite robe chic noire, même avec des collants noir opaque, ne suffisaient plus pour me tenir assez chaud. Ma veste tailleur rouge n'était pas assez épaisse non plus. Je commençais à grelotter. Il fallait que je trouve un moyen de rentrer chez moi maintenant.

Je m'étais mise à marcher dans les rues peu éclairées, espérant tomber sur un taxi qui m'emmènerait, un véhicule, un moyen d'appeler. Oui, car évidemment, mon téléphone n'avait plus de batterie. Je cherchais donc. Evitant les endroits trop sombre ou bien trop lugubre, jusqu'à ce que quelqu'un me bouscule.

- Eh ! Vous auriez pu faire attention.. Dis-je sur le ton de l'énervement. La personne s'avéra être un homme, qui n'avait pas l'air net. Aussitôt, sachant dans quel quartier je me trouvais, je me repris, voulant éviter les ennui. Oh, excusez moi, grosse journée de travail aujourd'hui, j'aurais dût faire plus attention où je marchais, veuillez m'excuser. Je lâchais un sourire, avant de tourner les talons et de poursuivre mon chemin. Mais très vite, je devinais une présence derrière moi. Il me suivait. Et merde !
- C'est quoi ton boulot ? Il m'avait rattrapé, il avait saisit mon bras.
- Dis donc, depuis quand on aborde une femme de cette manière, on ne vous a jamais appris la politesse ou a être gentleman ?! Excusez moi.. Je dégageais mon bras de son emprise. Mais je rentre chez moi.

Je pressais le pas, malheureusement, même si je me débrouille plutôt bien en escarpin, il est facile de me rattraper. L'homme me saisit par les hanches avec fermeté et glissa son bras sous ma gorge, je lâchais mon book pour porter mes mains à son bras qui m'emprisonnait, menaçant de m'étrangler. Il faisait bien une tête de plus que moi. Je regardais sur le sol, suivant le mouvement de l'homme qui se penchait pour ramasser.. Mes photos. Elles s'étaient rependue partout par terre. Et jonchaient le trottoir de la rue étroite.

- Oh mais dis moi p'tite pute, c'est que t'es bonne la dessus, tu poserai en maillot de bain pour moi, pas vrai ?

Son haleine puait l'alcool et le tabac, pas que le tabac d'ailleurs. Je fronçais le nez, je serrais les dents et lui rétorquait sans broncher, malgré la situation :

- Va baiser tes putes et laisse moi partir espèce de porc. Je suis pas à ton service.

Il ria et m'entrainait un peu plus loin dans la rue, malgré ma résistance. Nous débouchâmes sur un cul de sac, où d'autres hommes s'y trouvaient, plusieurs prostituées aussi d'ailleurs. Et ils étaient là, en train de baiser sans gênes contre les murs. Un groupe d'homme s'approcha, et mon agresseur leur tendit les photos. Je n'écoutais même plus leurs paroles cru. La peur commençait à me gagner, ma raison m'hurlait de courir. Mais déjà, les salopards descendaient leur pantalon, je détournais les yeux, je les fermais même.

Mon ravisseur, m'agrippait par les cheveux, fermement, me forçant à tomber à genoux. Les larmes menaçaient de couler. Mais prenant mon courage à deux mains, je basculais la tête en arrière, donnant un coup dans le nez de celui qui me détenait, tellement fort que j'eu mal moi même, mais il lâcha prise. Je venais de lui briser le nez. Je me redressais et me mis à courir, mais je ne fis pas long feu. Je sentais des mains m'agripper, certaines mains s'acharnaient sur ma robe, des mains agrippaient mes cuisses. Les larmes roulèrent le long de mes joues. Un hurlement sorti du fond de ma gorge. Un hurlement tellement strident, qu'il m'assourdissait moi même.

Mais qu'allais-je faire ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Loyd Smith
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 28/10/2013
Age : 21
Localisation : Au bord du gouffre.

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: Re: Le sauveur de minuit   Mar 4 Fév - 17:01

J'étais de sortie ce soir, j'avais besoin d'un léger changement d'air. C'est pas le meilleur des quartiers, je vous l'accorde mais c'est loin de tout se luxe qui me sort par les yeux. Personne ne le sait ou très peux le savent, mais je viens souvent ici pour aider les plus démuni. Je me dis que personne n'a le droit d'être traiter de la sorte. Bref, mes pas continu de frapper les pavé déformé, les mains enfouis dans mes poches. Je regarde droit devant moi où certaines personne me saluent de la main, je souris et lève ma main a mon tour. Il va falloir que j'appelle un taxis, il commence a se faire tard et les rues a cette heure la sont envahit par les alcoolique. J'en ai fais les frais une fois, bien qu'il n'ont pas fait long feu. Certaines personnes ici dispose de quelque chose d'unique dans leurs genre, leurs mutation. Pour ma part, j'arrive a la canaliser tout en ayant ses avantages. Mon flair est décuplé, ma vitesse doublé et ma force est sans limite. Je souris, me disant que dans mon malheur, il y a peut-être de quoi en tirer des avantages. Mes pas se stoppent, je suis a la limite du quartier malfamé. Ici il y a les quelques bandits du coins, pas de quoi s'en venter mais assez pour faire des choses qui ne plaisent pas a tout le monde. Je sais que des vols et des agressions ont eu lieu pas loin d'où je me trouve mais je n'ai rien a craindre, je n'ai pas de quoi avoir peur. Je ne suis pas comme tout le monde après tout. Mes pas reprennent de plus belle, avant de rentrer chez moi, je dois aller régler deux trois trucs avec quelqu'un. Le sol resonne sous les coups de mes pieds, c'est désert et sa ne présage rien de bon.. Puis mon contact n'es pas la, j'espère juste qu'il ne ma pas raconter d'histoire. Je vais attendre, peut être qu'il a juste du retard, dans tout les cas il va devoir se justifier. Je sors mon téléphone et décide de l'appeler mais rien, je tombe sans arrêt sur sa messagerie. Bon et bien je vais rentrer.. Il va m'entendre demain, il doit encore être bourré avec sa bande d'incapables. Les lumières clignotent, avant de lâcher complètement. Génial, me voilà complètement plonger dans le noir dans l'endroit le moins désirer du pays. Heureusement, je connais assez bien l'endroit et je pense pouvoir rentrer sans problème. J'enfonce mes mains dans mes poches, pensant a cette soirée. Je me souviendrais a jamais de mon premier bal,  c'était fun et puis je me serais bien régaler. Surtout de cette fille, elle était belle, attractive et séduisante. Je souris avant d'être interpelé par un crie assez déstabilisant. Il m'en a presque fait perdre l'équilibre. Je tourne la tête sur la gauche, donnant sur une ruelle où plusieurs homme dont cette enfoirer que j'ai attendu toute la soirée. Je pouvais toujours le chercher. J'approche doucement d'eux et.. June ! Je saisis un homme par la gorge que j'envoie promener plus loin. Je l'attrape elle par le bras que j'extrais des mains de ses sales porcs et la place derrière moi.

- La fête est fini Messieurs..

Mon visage se tourne vers elle, les yeux froncés. Que fait-elle ici.. C'est pas un endroit pour les personnes de son rang. Je détourne les yeux pour me retrouver face a face avec les bandits qui eux regarde leur amis gisant au sol avant de tous me regarder faisant quelques pas en arrière. Je n'ai pas l'air comme sa, mais je suis assez doué pour me battre. Certes je suis pas le model idéal physiquement pour sa mais grâce au lion qui m'habite, tout est différent. Je saisis mon téléphone de mon autre main que je tend vers elle.

- Appelle Oscar et dit lui de venir nous chercher au point de rendez vous habituel et si il demande qui tu es, dis lui que tu es de la famille.

Je ne les lâche pas des yeux, la foule commence a se dispersé. A mon avis, ils ne veulent pas finir comme leur collègue. Par contre lui.. Un mec que je pensais de confiance faire sa.. Demain je lui règlerais son compte, c'est la goûte qui fait déborder le vase. Je ne suis pas violent habituellement mais la, s'en prendre a une fille sans défense et de plus a plusieurs, sa me met hors de moi. Une fille sa se respecte, on ne la souille pas. C'est quelque chose de précieux, il faut en prendre soin et l'aimer de tout notre coeur. Comme je l'ai fais avec Crystal.. Je ferme les yeux après qu'ils soient tous partit. Il faut qu'on quitte cette endroit et vite, avant qu'ils ne ramènent du renfort et sans doute des armes. Se sont des lâches après tout
Revenir en haut Aller en bas
June R. Heaven
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 22
Localisation : Dans les airs.

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: Re: Le sauveur de minuit   Mar 4 Fév - 18:20


© Yamashita sur épicode

Le sauveur de minuit
« La nuit cache parfois des choses qu'il ne vaut mieux pas croiser. »


feat. Loyd Smith


J'étais perdue, je voulais courir, hurler, mais dans ce quartier, les cris importent peu, les gens vivant ici en ont l'habitude. Les jeunes femmes et jeunes filles qui se font violer ou bien encore se font détourner jusqu'à la prostitution, sa doit être courant par ici. Je craquerais bien, déployant mes ailes et m'envolant mais malheureusement dans ces moments là, je me retrouve incapable d'utiliser ma métamorphose. Et j'ai trop bien appris à la contrôler pour qu'elle se déclenche d'elle même. J'étais presque désespérée, les mains qui griffaient mes cuisses, arrachant presque mes collants, les mains fermes qui m'agrippées avec tant de violence, j'ai bien cru que j'étais fini. Mais ma bonne étoile ne me quittant jamais, on vint à ma rescousse. Et il s'en fallut de peu.

Des mains m'agrippèrent, plus douce mais aussi encore plus ferme que les autres, pour m'attirer en arrière. Je ne reconnu pas tout de suite mon sauveur. Etais-ce un sauveur ? Ou voulait-il, me garder pour lui tout seul ? C'est à ses intonations que je le reconnu, et quand il se tourna vers moi pour me tendre un téléphone, surement le sien.

- Appelle Oscar et dit lui de venir nous chercher au point de rendez vous habituel et si il demande qui tu es, dis lui que tu es de la famille.

J'attrapais le téléphone, encore un peu tremblante et choquée. Heureusement pour moi, Loyd, le beau brun que j'avais rencontré au bal de divergent était arrivé à temps. Que faisait-il là d'ailleurs ? Je ne me posais pas plus de question et chercher le fameux Oscar dans son répertoire. Quand je l'eus enfin trouvé, j'appelais, portant le mobile à mon oreille.

- Bonsoir.. euuh. Bonsoir Oscar. Venez au point de rendez-vous habituel, s'il vous plait. Oui ? Ah. Bah je suis de la famille. Bégayais-je, tremblotante, autant de peur que de froid. Quand je raccrochais, tous le monde était parti. Sauf.. Loyd.

Je me tournais vers lui, lui tendant son téléphone, n'osant même pas le regarder dans les yeux. A vrai dire, je crois qu'il va me falloir un peu de temps pour m'en remettre, je risque de ne pas dormir de la nuit. J'ai beaucoup trop peur et si sa continue comme ça, je vais finir paranoïaque moi. Je balbutie quelques mots à l'intention de Loyd.

- Euh.. Merci.. Loyd. Merci. Mes yeux se posent sur le sol, précisément sur mes photos étalées par terre. Merde. Je me dirige vers l'endroit où elles se trouvent, les jambes tremblantes sur mes hauts talons.

Je ramasse quelques photos, intactes, et les glisse dans mon book, conçut à cet effet. Je suis incapable de prononcer un mot à l'adresse de Loyd. Mes mots ne seraient que peu audibles et tremblants. Je me tourne vers lui, les larmes aux yeux et j'ose enfin le regarder droit dans les yeux, grelottante de froid. J'ai honte de me montrer ainsi, au bal, j'avais tout d'une fille sûre d'elle, avec une certaine timidité et pudeur à la fois mais pas comme là.. Je suis pitoyable.  


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Loyd Smith
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 28/10/2013
Age : 21
Localisation : Au bord du gouffre.

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: Re: Le sauveur de minuit   Mer 5 Fév - 13:27

Euh.. Merci.. Loyd. Merci

Ses mots m'avait fait revenir a la réalité. Je cligne plusieurs fois des yeux avant de les garder grand ouvert, je la regarde s'écarter vers des.. Photos ? Alors comme sa elle est modèle. Sa ne m'étonne pas, elle a tout pour et puis le milieu de la mode a bien besoin de personne comme elle avec une personnalité vestimentaire différente. Pendant qu'elle les ramasse j'en profite pour me ressaisir. Sa doit être assez traumatisant de se faire.. Je ne trouve même pas de mots pour cette chose infâme. Sérieusement, ils ont de la chance que je ne suis pas venu moi même avec ma voiture. Il y a un beau petit sac de sport remplis d'objet de torture. Un cadeau de mon oncle Sam, un descendant  celtes. Vous imaginer bien le personnage. Je souris amusé mais se fût court. Je guette les alentours voir si personne ne vient. La crainte qu'il revienne grandit et j'aime pas sa. Une deuxième fois serait de trop, pour elle.. Quand je la regarde la maintenant, je vois une fille fragilisée, fébrile et complètement perdue. Vous savez, je ne suis pas très doué pour ses choses la. Normalement, je suis plutôt le garçon qui met les filles dans ses états la mais pour d'autres raisons, plutôt basé sur le plan sentimentale. Je l'avoue, sous mes airs de petit garçon bien élevé se cache une autre part de ma personnalité. Plus difficile a cerner et totalement l'opposé de ce que je suis. Enfin bref, on es pas la pour penser a se genre de chose. Depuis Crystal, je me suis promis de ne plus penser a se genre de chose et puis, j'ai en face de moi une fille qui a besoin d'aide alors faisons ce qu'il y à a faire et partons d'ici. Nos regards se croisent, les siens baigné de larmes, les miens vide de toute émotion. Malgré la situation, je reste moi même et je garde tout pour moi, je ne retranscrit pas ce que je ressens réellement. Je suis comme sa, question d'habitude. Je fais quelques pas dans sa direction, posant mes mains sur ses épaules. Mes yeux planté dans les siens. Son visage d'ange est inondé de toute la peine possible.

- Écoute.. Tant que je serais avec toi, il ne pourra rien t'arriver et je ne laisserais plus jamais se genre de chose arriver a qui que se soit et encore moins a toi..

Mes mains glissent le long de ses bras avant de saisir les siennes. Les lampadaires éclaire d'une faible lumière, c'est vraiment très sombre comme quartier. Il faut qu'on y aille, Oscar ne doit plus être très loin maintenant. Le temps qu'on fasse la route, il sera déjà la. Je lâche une de ses mains, me tournant vers l'autre côté de la rue, inspectant chaque recoins. Mes yeux retrouvent les siens, ses yeux que j'aime beaucoup a vrai dire. Il me rappelle ceux de ma mère. Je baisse la tête un court moment avant de la relever.

- On y va ?
Revenir en haut Aller en bas
June R. Heaven
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 22
Localisation : Dans les airs.

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: Re: Le sauveur de minuit   Sam 8 Fév - 14:04


© Yamashita sur épicode

Le sauveur de minuit
« La nuit cache parfois des choses qu'il ne vaut mieux pas croiser. »


feat. Loyd Smith


Mes yeux étaient baignés de larmes et je luttais pour ne pas craquer. J'avais froid, j'avais peur, je tremblais et grelottais. J'étais une femme forte habituellement, je ne suis pas habitué à pleurer très fréquemment mais ce soir s'en était trop. En plus d'être fatiguée j'avais été agressé et encore, j'avais eu de la chance que Loyd soit dans le coin.. Si, il n'avait pas été là, qui sait comment j'aurais fini ? Mes vêtements auraient surement étaient réduit en lambeaux, et j'aurais été souillé jusqu'à ce que tous les hommes présents y soit passé. Rien qu'à cette pensée, je tremblais de plus belle. Mes jambes étaient sur le point de se dérober sous moi.

Je pris une grande inspiration, et je replaçais la sangle de cuir de mon sac sur mon épaule, je tirais sur le bas de ma petite robe noire. Quelle idée de se mettre en robe par un temps si froid ?! Pourquoi le domaine de la mode exige une si grande intention raffinée dans la manière de s'habiller ? J'eu envie de soupirer mais Loyd se rapprocha de moi pour poser ses mains sur mes épaules. Un frisson me parcouru et j'eu envie de me dégager de ses mains et de partir à toutes jambes. Sauf que je savais que Loyd n'était pas comme l'un de ces hommes, je me remémorais notre danse au bal de noël à Divergent et toute crainte s'envola.

- Écoute.. Tant que je serais avec toi, il ne pourra rien t'arriver et je ne laisserais plus jamais se genre de chose arriver a qui que se soit et encore moins a toi..

J'étais incapable de lui répondre quoi que ce soit, encore trop secouée par ce qu'il venait de se passer. J'avais encore très peur qu'ils reviennent ou bien qu'ils me retrouvent. J'allais vraiment finir paranoïaque.. Je me contentais de lui faire un léger sourire et je levais les yeux vers le lampadaire qui grésillait. Cette endroit était vraiment lugubre et il fichait la chair de poule. Le beau jeune homme lâcha l'une de mes mains tandis que l'autre renforçait sa prise autour de mon autre main. Je baissais les yeux sur nos mains liées, avant de le regarder de nouveau.

- On y va ? Me demanda-t-il.

Je me contentais d'acquiescer et de le suivre, en silence. Je serrais sa main un peu plus fort à chaque coins de rue, craignant de voir mes agresseurs revenir. Les rues étaient vraiment sombre, des lampadaires manquaient à l'appel. Les trottoirs n'étaient pas droits, ils étaient sales, plein de mégots de cigarette, de bouteille en verre brisée, et le plus triste encore, des préservatifs usagés. Combien étaient-elles à se prostituer dans ces rues, est-ce vraiment la solution ? Et combien de jeunes filles et jeunes femmes se faisaient violer dans le coin ? Le pire c'est que toutes ou presque gardent le silence, de peur. Toutes n'osent plus se regarder en face dans un miroir. Et le plus effrayant c'est que cette nuit, j'aurais pu finir comme elles. Un frisson me parcourra de la tête aux pieds et je resserrais ma prise sur la main de Loyd.

- Ils ne vont pas revenir hein ?.. Demandais-je en chuchotant. Oscar n'est plus très loin.. ? Mes intonations auraient pu être celles d'une gamine de six ans, apeurée par la nuit et les faux monstres.

J'avais peur, et alors que l'on passaient sous un lampadaire sans lumière, un rire rauque s'éleva dans la rue. J'ai cru que mon cœur cessait de battre, tellement j'eu peur. Instinctivement et sans me poser de questions, je me tournais vers Loyd, callant ma tête contre son épaule et serrant si fort sa main que j'aurais été capable de lui couper la circulation du sang. Une larme roula sur ma joue. Mais ce qui m'avait effrayé n'était autre que le rire d'un homme qui avait beaucoup trop bu et qui sortait d'un bar. Tellement ivre qu'il s'en écroula par terre. Mais je ne bougeais pas des bras de Loyd pour autant.

- Je veux rentrer chez moi..Dis-je en sanglotant, comme une gosse qui aurait perdue son doudou.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Loyd Smith
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 28/10/2013
Age : 21
Localisation : Au bord du gouffre.

Feuille de personnage
Moi je connais du monde !:
Des petits plus sur moi !:

MessageSujet: Re: Le sauveur de minuit   Lun 17 Mar - 12:43

Nous voilà partit, rentrons vite avant qu'ils ne reviennent. J'accélère le pas mais pas trop, ses rues sont vraiment malfamé. Je sens sa main se resserré sur la mienne a chaque coins de rues. Je ne la lâcherais pas, tant qu'elle sera a mes côtés elle ne risquera rien. Je ne peux pas m'empêcher de repenser a ce qu'il c'est passé il n'y à même pas quelques minutes. Quel genre de personne est capable de faire des choses pareils.. Sa ne sont que des lâches. Un homme ne ferait jamais sa a une fille, c'est tout le contraire. Il la chérira de tout son coeur, il s'efforcerait de la rendre heureuse, il lui offrirait les clés du bonheur et encore mieux, il lui passerais la bague au doigt pour unir deux amour infiniment éternel.. Je fronce les sourcils, chassant ses images de ma tête. Parfois, toutes ses choses la ne sont pas suffisante pour combler un coeur. Je pense a Crystal, a tout ce qu'on c'était promis mais qui au final, n'était que du vent. Je lui ai donné total emprise sur moi et elle en a beaucoup trop profité. Je l'aime encore et sans doute jusqu'à la fin de mes jours mais.. Seulement sa ne sera plus jamais réciproque. Elle aime quelqu'un d'autre et elle en aimera d'autre encore après lui mais je n'en ferais plus jamais partis. Je ralentis un instant, sentant la main de June se resserré d'avantage. Je m'arrête, surveillant chaque recoins des rues puante et infesté de déchet humain.

- Ils ne vont pas revenir hein ? Oscar n'est plus très loin.. ?

Un rire, un homme saoul.. En un instant, June se retrouva dans mes bras. Ma main de libre se pose derrière sa tête. Je scrute les horizons. On est plus très loin d'Oscar. Je connais bien ses endroits, j'y viens souvent pour les affaires. Pour autre chose aussi mais c'est pas le moment d'y penser. Je lâche sa main pour que mes bras puisse l'envelopper et la serré fort contre moi. Vous savez, je connais June que depuis le grand bal organisé par Divergent mais pourtant, j'ai déjà un instinct protecteur avec elle. Je le sais que tant que je serais a ses côtés, rien n'y personne ne pourra lui faire du mal. Je suis un peu en quelque sorte son ange gardien. Mes bras glissent le long de son corp, pour attraper ses deux mains.

- Je veux rentrer chez moi..

Je romps l'étreinte, posant mes mains sur chacune de ses joues, venant balayer ses larmes du bout de mes pouces. Je plonge mon regard dans le siens avant de déposer un baiser sur son front.

- Ils ne reviendront pas, et Oscar n'es qu'a quelques pas. Tu va bientôt rentrer chez toi, je te le promet..

J'embrasse sa joue avant de saisir sa main et d'esquisser un sourire. J'avance tout droit, c'est le coin le plus sombre du quartier. Il n'y a qu'un lampadaire et encore, il ne marque qu'a moitié. On y restera pas longtemps, encore quelques mètres et on y retrouvera Oscar. Oscar est mon grand oncle en quelque sorte, un vieille homme qui a servit ma famille des années avec succès. Je respecte les hommes qui le mérite et lui, lui il a tout mon respect. C'est une véritable personne de confiance. Je me rappelle que petit déjà, je m'entendais très bien avec lui. Il a était la toute mon enfance et je ne le remercierais jamais assez. Je souris discrètement, m'évadant de mes rêves quand déjà au loin, j'aperçois les phares de la voiture. Une belle Bentley Mk Vi Pinin Farina de 1949. Je suis très vieille voiture, je les préfère au nouvelle voiture de sport un peu trop " bling bling " a mon goût. Bref, je presse le pas, jetant un oeil sur June. J'espère qu'elle va bien même si je pense que la question ne se pose même pas mais j'aimerais qu'elle aille mieux. On est plus qu'a quelques mètres d'Oscar.

- Oscar ! Faîtes chauffer les moteur !

On arrive au niveau de la voiture où j'ouvre la porte a June pour qu'elle puisse y entrer. Enfin.. On va pouvoir partir de cette endroit pas très recommandé. J'entend le moteur grondé, nous voilà partit. Je souffle un coup, fermant les yeux un instant. Je me retourne vers June, essayant de la mettre a l'aise.

- Ca va.. ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le sauveur de minuit   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le sauveur de minuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: {VILLE} :: Quartier Sud :: Rue des tentations-